Partager

Les pays africains qui ont conquis leur indépendance nationale ont à résoudre aujourd’hui des problèmes nouveaux et complexes. Il s’agit en bref de raffermir l’indépendance politique et de détruire tous les vestiges de la domination étrangère, en s’appuyant sur une économie et une culture nationales.

C’est dans l’économie, qui demeure dans la majorité des cas sous le contrôle de l’impérialisme et des monopoles étrangers, que l’on se heurte aux séquelles les plus graves et les plus difficiles à surmonter du colonialisme. Cette dépendance économique à l’égard des ex-métropoles se répercute sur la liberté politique et la souveraineté des États.

Rien de fortuit donc si la lutte de libération nationale revêt en Afrique des formes nouvelles et se reporte toujours plus dans la sphère économique. La révolution africaine aborde aujourd’hui une étape nouvelle, celle du développement économique accéléré, de la lutte pour l’autonomie économique. La longue domination étrangère a fortement freiné le développement économique, et sur ce point, les États africains ont un retard considérable sur les pays les plus avancés.

Du 30 Octobre 2017