Partager

Le saviez-vous ? Attijariwafa s’installe en force en Afrique de l’Ouest. L’Afrique de l’Ouest a été jusqu’en 2000 la chasse gardée de trois réseaux bancaires. Les banques nationales, la BIAO (Banque internationale de l’Afrique de l’Ouest) et Ecobank.

Subitement après plusieurs restructurations des banques nationales, voilà que s’installent avec forces deux réseaux bancaires.
Parmi eux, Attijariwafa qui a déjà racheté la BIM-SA (Banque internationale du Mali) à 40 milliards de F CFA.

Au Sénégal Attijariwafa à l’ambition de devenir numéro en Afrique de l’Ouest.

Le groupe s’active actuellement à s’implanter dans tous les pays de l’UMOA.

Au Sénégal, sa porte d’entrée, le bulldozer marocain a remporté le Jackpot : Attijariwafa Bank Sénégal.

C’est la plus vieille et la plus puissante des banques du Sénégal à se laisser absorber par un concurrent avec qui elle pouvait valablement rester en compétition sur le marché national et sous-régional. Le groupe Attijariwafa qui est le leader sur le marché bancaire et financier du Royaume chérifien va désormais pouvoir jouer les premiers rôles au Sénégal et au Mali.

(Au Mali la restructuration de la BDM- SA est à l’actif des Marocains).
Décidément, le Maroc et la Libye sont bien implantés en Afrique de l’Ouest.


Sagesse Bambara :
Dire la vérité à son ami ne brise pas l’amitié, mais cela la relâche, l’affaiblit. (Il s’agit d’une vérité désagréable).

Focus

Prolongation du mandat présidentiel au Niger : L’opposition dit non

Le principal parti d’opposition nigérien a rejeté toute idée de prolongation du mandat du président Mamadou Tandja après l’expiration fin décembre 2009 de son dernier quinquennat autorisé par la constitution, a affirmé son vice-président Mohamed Bazoum. «Il n’y a aucun mécanisme constitutionnel et légal à partir duquel cela peut être envisagé», a affirmé à la presse le vice- président du parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS).

Des milliers de personnes, parmi lesquelles le premier ministre Seini Oumarou et des membres du gouvernement avaient demandé au Parlement de prolonger de trois ans «le mandat de M. Tandja» pour conduire une période de «transition allant du 22 décembre 2009 au 22 décembre 2012.»

«Cette proposition est illégale et nous ne l’acceptons pas», a martelé Mohamed Bazoum, en estimant que le Niger avait déjà par le passé payé un tribut très fort à l’instabilité. «Ils nous invitent à violer ensemble la constitution et c’est de nature à installer le Niger dans une phase de précarité et de troubles», a-t-il poursuivi.


Mais le hic de tout ça
: le président Tandja a plusieurs fois promis de se retirer à la fin de son mandat. Pourquoi alors ce brusque changement de ses partisans pour une prolongation du mandat présidentiel ?

Entre nous le Mali et le Niger n’intéressent pas la France et les USA, c’est à nous (peuple) de se battre pour la justice et la légalité.
A bon entendeur salut !

Silence, vers une exigence du port obligatoire de la tenue scolaire dans les écoles publiques!!!

On exige la tenue scolaire dans les écoles primaires publiques.
Certaines écoles fondamentales publiques vendent les tenues. Les différentes tenues scolaires sont confectionnées par une société de la place.

Les autorités en charge du monde scolaire ferment les yeux sur le port de la tenue scolaire. Or

Le règlement intérieur de l’école ne prévoit aucun port obligatoire de la tenue scolaire.

La réussite des résolutions du Forum passe par le respect strict du règlement intérieur.


Route Bamako – Kangaba pas bitumée

Souvenez-vous des marcheurs venus de Kangaba pour remercier le chef de l’Etat, Amadou Toumani Touré à Koulouba pour avoir posé la première bitume du tronçon Bamako- Kangaba en Janvier 2008 long de 65 km seulement. Et depuis rien. Ou est donc passé la promesse tenue ?


A Kangaba la colère de la population est très grande.

Le ministre de l’Equipement, connu pour sa propagande à la télé pour ses marches de 100 mètres sur les nouvelles routes bitumées, doit savoir raison gardée. Et pour cause : la quasi-totalité des routes présentées sur le petit écran ont leur bitume mal fait. Leur durée ne dépasse pas six mois.

Le tronçon Kangaba-Bamako est toujours une route pierreuse avec des nids de poules.

Me Abdoulaye Wade, un homme plein de controverse

Maître Abdoulaye Wade, doyen d’âge des chefs d’Etat de l’Afrique de l’Ouest, est plein de controverse si on le juge sur les faits : après le coup d’Etat des militaires guinéens, Wade déclara : «le peuple guinéen qui recèle de grandes vertus, saura assumer une transition pacifique vers l’expression de sa souveraineté dans l’ordre et la discipline». Il ajouta ensuite «d’être le voisin, le parent de sang et l’aîné à la tête d’un peuple frère lié au peuple guinéen par l’histoire et la géographie».

Le président Abdoulaye Wade se fait le devoir de conseiller à tous, militaires et civils, les hommes politiques surtout, «de ne point se laisser tenter par des velléités de division». Ainsi, il les invite «à se parler sans intermédiaire, directement, franchement» pour trouver ensemble les solutions des problèmes de la Guinée. Et pour terminer Wade a lancé un vibrant appel au calme et à la retenue.


C’est presque un cas similaire qui se passe au Sénégal avec les opposants au régime Wade :
arrestations arbitraires, confiscation de passeport pour les uns ou interdiction de sortie pour d’autres. Tous les éventuels présidentiables ont maille avec la justice.
L’homme de droit devenu président à certainement une autre lecture du droit et de la démocratie. Un doyen de la dictature du droit en démocratie certainement. Reste à savoir si les militaires guinéens vont suivre ses conseils.


Ministère de l’Artisanat et du Tourisme : Les directeurs régionaux sans véhicules de liaison

Si on doit juger un ministre à la tâche, Ndiaye Bâh serait le meilleur des membres du gouvernement. C’est le ministre des festivals. Il a parcouru tout le Mali en présidant des rencontres culturelles. Ce qui a fait du Mali l’une des destinations les plus sollicités par les touristes.

Pourtant, le ministre Ndiaye Bâh n’est pas très apprécié par ses directions régionales qui manquent de tout. Pas un seul véhicule de liaison à leur disposition. Ce qui veut dire que le tourisme ne se porte pas bien à l’intérieur.

Commissariats de police : On frappe les délinquants jusqu’aux organes sensibles

Selon un rescapé des gnoufs d’un des commissariats de police du district de Bamako, on frappe les délinquants (voleurs, bandits de grands chemins), présumés coupables jusqu’aux organes sensibles afin qu’ils parlent.

Actuellement, un groupe de jeunes présumés coupables de vols ont subi des traitements ignobles dans un commissariat très réputé dans la traque des grands bandits à Bamako. On craint qu’ils ne perdent leur virilité.

L’Association malienne des droits de l’homme (AMDH) doit déléguer un agent auprès des commissariats de police.

02 Février 2009