Partager

Le Comité syndical des agents de traitement des tickets du PMU- Mali a tenu le vendredi 22 juin 2012 une assemblée générale dans les locaux de la société. Deux points étaient à l’ordre du jour à savoir, le démembrement du bureau syndical et l’adoption d’une plate forme de revendication.

Les 600 agents de traitement du PMU ont pris d’assaut la grande salle de traitement de la société le vendredi dernier pour participer à cette assemblée générale en vue de dénoncer l’injustice et la mauvaise gestion dont ils sont victimes.

D’entrée de propos, le secrétaire général adjoint, Jean Kéita, fraîchement élu à ce poste, a dénoncé la mauvaise gestion des agents de traitement par leurs employeurs à savoir, le PMU et le Cabinet aptitudes conseil (un sous traitant du PMU-Mali). Tout en déplorant la gestion à la proportionnelle des agents de traitement, ils ont indiqué que cette situation est à l’origine du pourrissement de l’atmosphère au sein de la société. C’est face à cette injustice qu’un certain nombre de points de revendications seront soumis au PDG par le comité syndical. Il s’agit notamment de l’application immédiate de l’augmentation des salaires de 10%, conformément à l’accord intervenu entre le syndicat et la direction ; de mettre fin à la gestion d’une partie du personnel par Aptitude conseil et que désormais tous les agents de traitement soient gérés par la direction du personnel du PMU ; le remboursement intégral des retenues opérées au compte de l’Amo ; la fixation d’un salaire mensuel et la prime de restauration pour les agents B.E.O ainsi que la révision de la grille de sanction et ses modalités d’application de conseil avec le comité syndical.

Jean Kéita a rappelé l’échec des négociations précédentes entre le Comité et la direction depuis 2005. Tout en déplorant le manque de coopération du PDG, lequel a refusé le dialogue pour une sortie de crise et cela malgré l’intervention personnelle du ministre de la Fonction publique en son temps. De ce fait, de 2005 à nos jours, il n y a eu aucune autre prise de contact pour discuter de l’amélioration des conditions et du cadre de vie des travailleurs du PMU-Mali.

Déterminés à faire bouger les choses, le Comité syndical prévoit au cas où ses revendications évoquées ne sont pas satisfaites, d’aller à une grève illimitée pour exiger le départ du PDG qui, selon M. Kéita, ne se soucie guère de ses employés. Il a également fait état de plusieurs cas de suspensions de ses collègues dont certains sont sans salaire depuis plusieurs mois. Avant d’accuser le PDG de diviser pour mieux régner. C’est ce qui justifie, selon lui, la création de plusieurs syndicats parallèles.

Il est à noter que la présente assemblée générale a permis d’intégrer de nouvelles têtes dans le bureau syndical.

Ousmane Daou

L’Indicateur du Renouveau du 26 juin 2012