Partager

Au moins 37 personnes ont été tuées dimanche dans l’effondrement d’une mine d’or du centre de la Centrafrique, à Ndassima, tenue par la coalition Séléka qui a pris le pouvoir à Bangui fin mars, a annoncé la radio nationale mardi. « Il est à craindre que le bilan ne soit malheureusement alourdi dans les prochaines heures ou les prochains jours. Face à ce drame, M. le président de la République présentes ses sincères condoléances éplorées aux familles des victimes et au peuple centrafricain tout entier. Il décide trois jours de deuil national à compter de mardi », a précisé M. Ndouba, le porte-parole de la présidence centrafricaine.D’après une source au sein de la préfecture de la Ouaka (centre), « plusieurs dizaines de mineurs » se trouvaient dimanche à « plusieurs dizaines de mètres de profondeur » quand la terre s’est effondrée. « 37 corps ont été sortis entre dimanche et lundi (…) Il n’y a aucun espoir de retrouver des survivants, surtout que l’effondrement s’est produit après de fortes pluies qui se sont abattues dans la région rendant le secteur aurifère très boueux », a ajouté cette source.Le secteur minier revêt une importance cruciale en Centrafrique, où l’industrie du diamant fait vivre près d’un quart de la population. Depuis la chute du président François Bozizé, le nouveau pouvoir peine à remettre en route une économie délabrée, alors que le pays reste en proie à l’insécurité. AFP.