Partager

L’affaire dite des bérets rouges n’a pas encore fini de nous révéler tous ses secrets. Au-delà de l’intox distillée sur la disparition de certains d’entre eux pour camoufler leur détention, d’autres pratiques extrajudiciaires ont cours en ce moment. Il s’agit de l’intimidation de leurs familles. Du lundi 18 juin au vendredi 22 juin, plus d’une dizaine de bérets rouges ont été arrêtés et conduits au camp de Kati.

C’est une véritable chasse à l’homme que les militaires putschistes ont engagée contre eux. Tous les endroits fréquentés par ces derniers sont passés au peigne fin. La population assiste à un déploiement d’armement nous ramenant à la folle période des affrontements de début mai ayant opposé les bérets verts aux bérets rouges.

Au moment où les auditions se poursuivent au niveau du juge d’instruction dans l’affaire dite des bérets rouges, des militaires, probablement de l’ex-junte, continuent de troubler le quotidien déjà précaire des parents des soldats inculpés pour » atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat par l’emploi illégal de la force armée, association de malfaiteurs, assassinats, coups et blessures volontaires, vols et détention illégale d’armes de guerre et complicité « .

En effet, plusieurs épouses de militaires détenus et des femmes qui ont entrepris des démarches en vue de l’amélioration des conditions de vie des détenus font l’objet de pratiques peu orthodoxes. Il nous revient que plusieurs d’entre elles auraient reçu des menaces d’arrestation « si elles ne la bouclent pas pour de bon « . Selon nos sources, ces menaces viseraient à les intimider afin de maintenir le silence sur le caractère extrajudiciaire et illégal qui entoure l’affaire des militaires détenus à Kati. Comme si tout cela ne suffisait pas, les éléments de Kati sont de nouveau passés à l’acte. Le vendredi 15 juin, les adjudants chefs Ezaï Guindo et Karfa Kéita ont été arrêtés au camp para et amenés à Kati. Auparavant quatre de leurs collègues avaient été arrêtés au même camp para et conduits à Kati. Le lundi 18 juin au matin, le Sous- lieutenant Youssouf Moussa Ouattara a été convoqué à Kati par le CNRDRE pour affaire le concernant. Quand il y a mis pied, il s’en est plus ressorti. Il a été arrêté. Quant au sergent Makamba Sissoko, un autre béret rouge, il est le garde du corps du Commissaire à la Sécurité alimentaire. Des militaires étaient allés le chercher dans son service une première fois, sans succès.

Le sergent Makamba Sissoko est le frère cadet du Général Hamidou Sissoko, dit Man, ex-Directeur général de la Sécurité d’Etat et ex-chef d’Etat – major particulier du président ATT, aux arrêts depuis le début des événements. Selon des témoins, Makamba Sissoko a fini par être retrouvé, jeudi dernier. Il a été appréhendé, par des policiers et des militaires dans l’enceinte et devant le personnel du Commissariat à la sécurité alimentaire avant d’être conduit dans un lieu inconnu. Aux dernières nouvelles, il est à Kati comme les autres.

Selon nos sources, l’ex-junte serait à la recherche de quatorze autres personnes (civils et militaires). Tout cela se passe alors que des failles du dossier embarrasseraient de plus en plus le parquet.

De source proche du parquet, le capitaine Alou Ongoïba, commandant des unités spéciales des bérets rouges au nord, serait passé devant le juge d’instruction. Le Sous – lieutenant Boubacar Kola Cissé et le soldat Alioune Bonkana Maiga ont été montrés à la télévision dans la nuit du 1er mai avec d’autres militaires arrêtés. Mais actuellement, ils ne sont ni à Kati, ni ailleurs, de source digne de foi, ils auraient été exécutés. Comme eux, plusieurs autres bérets rouges ne sont pas à Kati et leurs noms ne figurent pas non plus sur la liste des officiers et sous- officiers arrêtés et détenus en ce lieu.

Quant aux soldats de 1ère classe Malamine Diarra, soldat Massa Sogoba, sergent Guimba Coulibaly, ils auraient été exécutés devant des témoins dès le 1er mai au camp para et enterrés sans que leurs familles en soient informées. Reste à savoir si la justice s’évertuera à se mettre au-dessus de la mêlée, pour ne pas verser dans une certaine haine ou jalousie entretenue à l’endroit des bérets rouges. A qui certains voudraient faire porter tous les péchés du monde.

Kassoum TRAORE

L’Indépendant du 25 Juin 2012