Partager

Le samedi 24 Octobre 2020, s’est tenue à la bibliothèque nationale de Bamako, la première édition de plume d’or organisée par Tarza la Slameuse. Cette compétition avait pour thème « l’éducation, une pièce maitresse de développement et un train conducteur de paix et de cohésion sociale ». L’objectif était de pousser les jeunes slameurs à la réflexion et la créativité afin qu’ils apportent aussi leur contribution aux problèmes du Mali.


Après une première phase éliminatoire sur les réseaux sociaux, c’est au tour de face à face pour le duel oratoire dans la salle des archives de la bibliothèque nationale de Bamako. Ils étaient 10 candidats retenus pour cette deuxième phase finale et 7 ont répondu présents. Chaque candidat avait droit à trois passages : un premier sur l’éducation, un deuxième sur le slam et le dernier était au choix. Selon Tarza la slameuse, cette compétition avait un but bien déterminé. « J’ai organisé cette compétition pour la jeunesse. Je voulais créer d’abord un climat de vivre ensemble et de solidarité. Ensuite, montrer à tout le monde que les slameurs, surtout les jeunes, à travers leurs mots, sont aussi capables de contribuer à la gestion des problèmes de ce pays. Ils sont capables de proposer des solutions » dit-elle.


Elle ajoute également que les thèmes de cette compétition ne sont pas choisis au hasard. « Les thèmes choisis ont une signification bien déterminée. J’ai choisi l’éducation car, elle est bafouée dans mon pays. Or, l’éducation est plus importante pour les jeunes. Alors, je me suis dit que si les jeunes prennent la parole pour s’adresser aux jeunes, ils comprendront peut-être la nécessité de cette éducation. Le slam, je l’ai imposé afin de valoriser cet art qui presque presque méconnu au Mali. Sans oublier qu’en plus des trois passages des candidats, il y avait un texte collectif sur la paix, car notre pays en a besoin depuis belle lurette » conclut-elle.


Sur les 7 candidats participants, trois sont classés en fonction du choix des membres du jury. Bakoking est un jeune slameur du club slam Agoratoire. Il a remporté le premier grâce à la puissance de ses vers. Ce jeune poète se dit satisfait de l’organisation de cette compétition. « Je tiens à remercier Tarza d’avoir organisé une compétition de cette taille. Je suis fier d’avoir non seulement usé de mon art pour être le premier, mais aussi d’avoir eu la chance de sensibiliser avec mes mots » se réjouit-il.


Le troisième prix est remporté par une jeune slameuse Aminata Ana Traoré qui évolue en solo. Elle se dit fière de l’organisation également. « C’était une façon pour moi de m’épanouir. Et cette compétition était mon premier concours de slam auquel j’ai eu à participer. Ce fut une belle aventure » a-t-elle déclaré.


Cette rencontre a été magnifiée par des prestations des professionnels du milieu notamment le Groupe Maralinké, Jeuness ’Arts, Club slam Agoratoire et Amour et Mots (AM).

Adama Sanogo

@Afribone