Partager

Il n’y a pas de pluies provoquées cette année, mais il pleut abondamment sur toute l’étendue du territoire national. Est-ce à dire que l’opération, dont l’inefficacité avait été mise à nu l’année dernière, était un bluff ? Notre enquête.

Depuis le début de la saison des pluies, il pleut abondamment et régulièrement sur l’ensemble du pays. Pourtant, les petits avions n’ont effectué cette année aucune opération pour provoquer les pluies. « L’opération pluies provoquées n’a pas été lancée cette année« , confirme un agent de l’Agence nationale de la météorologie.

Selon Mamadou Adama Diallo, coordonnateur du Programme national de pluies provoquées « il n’y a pas eu l’opération pluies provoquées cette année parce qu’il y n’y a pas d’argent« . L’année dernière l’opération pluies provoquées a coûté plus d’un milliard de F CFA.

Au Mali, l’économie nationale reste encore largement dominée par l’agriculture qui est l’un de ses principaux moteurs et représente 40 % du produit intérieur brut (PIB). Près de 70 % de la population vit en milieu rural et leur subsistance, à environ 80 %, dépend entièrement ou partiellement de la production agricole, soumise à la variabilité annuelle et interannuelle de la pluviométrie ainsi qu’à sa répartition spatio-temporelle.

C’est dans ce contexte que le gouvernement a décidé d’intégrer les techniques et technologies d’ensemencement des nuages dans les stratégies de gestion des ressources en eau, de lutte contre la sécheresse et d’adaptation à la variabilité et aux changements climatiques, à l’instar des pays voisins.

Ainsi, le conseil des ministres a adopté le 28 septembre 2005 le Programme de pluies provoquées sur 5 ans pour un montant de 14 358 000 000 F CFA. Le Programme a démarré pendant la campagne agricole 2006-2007 dans la région de Ségou, la partie sud de Mopti et la région de Koulikoro avec la société américaine Weather Modification Incorporated (WMI).

Des dépenses faramineuses

Le Programme a effectué 86 interventions d’ensemencement entre le 18 août et le 6 novembre 2006. En 2007, 127 opérations ont eu lieu du 8 juin au 31 octobre. 205 opérations ont eu lieu du 8 juin au 31 octobre en 2008. Du 14 juillet au 28 octobre 2009, le programme a effectué 168 opérations.

Durant la campagne agricole 2010-2011, il a effectué 212 opérations, dont 49 pour la région de Kayes, 56 pour la région de Koulikoro, 27 pour la région de Sikasso, 27 pour la région de Ségou, 18 pour la région de Mopti, 2 pour la région de Tombouctou, 2 pour la région de Gao, 2 pour la région de Kidal et 29 pour le district de Bamako. Les opérations au cours de la campagne agricole 2010-2011 ont coûté plus de 3 milliards de F CFA.

La non-réalisation de l’opération pluies provoquée cette année permet à l’Etat d’économiser plusieurs milliards de F CFA. L’opération visait à lutter contre le déficit pluviométrique en période d’hivernage. Mais, le président déchu ATT et ses amis en ont profité pour s’enrichir tout en faisait croire qu’il pleut abondamment grâce aux opérations.

Malheureusement, l’année dernière, malgré les nombreuses opérations de « pluies provoquées », il n’a pas beaucoup plu. De façon surprenante, cette année, alors qu’il n’y a pas eu l’opération « Sandji » il pleut abondamment sur toute l’étendue du territoire national. Ces révélations naturelles prouvent à suffisance que l’opération pluies provoquées était un instrument permettant à certaines personnes de s’enrichir sur le dos du peuple.

Sidiki Doumbia

04 SEPTEMBRE 2012