Partager

Au Mali, la première expérience en matière de pluies provoquées remonte à 1969. On avait procédé à l’époque à des opérations de pluies provoquées à Bamako dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de méningite qui faisait rage.

Trente-sept ans plus tard, après une première expérience, notre pays s’inspire de l’exemple sénégalais et burkinabé en initiant un programme de pluies provoquées. Cette démarche visait à satisfaire à un certain nombre de préoccupations que sont : la normalisation de la saison culturale pour assurer de bonnes récoltes, la production continue d’énergie hydroélectrique en dépit des aléas, la production d’eau potable en quantité suffisante même en cas de sécheresse et le tarissement précoce des mares et points d’eau.

Le lancement du programme au Mali a été précédé par plusieurs procédures au niveau national et international. En effet, au cours du 13e sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Cédéao, tenu à Bamako en novembre 2000, il a été conclu que la maîtrise de l’eau sous toutes ses formes constitue la réponse la plus appropriée à la croissance et à la diversification de la demande sans accentuer la pression sur les ressources naturelle.

Deux ans plus tard, à Banjul en Gambie, le conseil des ministres a donné mandat au secrétaire exécutif du CILSS d’entreprendre et de renforcer ses activités particulièrement sur la petite irrigation et l’augmentation des précipitations par ensemencement des nuages. En décembre 2003, Dakar a abrité la première conférence ministérielle sous-régionale sur les pluies provoquées.

Ce forum au sommet a recommandé la mise en œuvre d’un programme sous-régional. Le 25 janvier 2004, dans la capitale mauritanienne, dans une déclaration intitulée « Maîtriser l’eau pour faire reculer la faim au Sahel », les chefs d’Etat et de gouvernement du CILSS ont invité l’organisation à mettre en œuvre le programme mobilisateur 2004-2007 dont l’ensemencement des nuages pour augmenter les précipitations sera une composante.

Dans l’optique de la formulation d’un programme malien de pluies provoquées plusieurs actions ont été entreprises notamment l’envoi d’une mission d’échange d’une équipe d’experts maliens au Burkina Faso en mars 2003. Une séance de travail tenue le 6 mai 2004 avec une mission d’experts marocains a permis de définir les grandes lignes de réflexion qui ont servie à élaborer le projet de Programme de pluies provoquées au Mali.

Ainsi, le projet de loi a été proposé par le conseil des ministres du 23 novembre 2005 sur une période de 5 ans avec pour objectifs la réduction de l’impact des déficits pluviométriques sur les productions agricoles et hydroélectrique. Les coûts de l’opération pluies provoqués pour les 5 années était évalués à 14 358 000 000 F CFA.

Le Programme a véritablement démarré pendant la campagne agricole 2006-2007 avec un budget de 2 663 699 000 FCFA à la suite d’un contrat avec la société américaine Weather Modification Incorpored relatif à la location d’un avion, la conduite des opérations de pluies provoquées et les dépenses d’équipement (logistiques) et les ressources humaines. Un radar a été acquis à cet effet et installé à Bamako-ville.

Cette première expérience, qui s’est effectuée entre le 18 août et le 6 novembre 2006, a réalisé 68 interventions d’ensemencement dans la zone comprenant les cercles du Macina, de Nioro, San, Bla, de Tominian, Ségou, Banamba et Djenné. Mais depuis 2007, l’opération couvre l’ensemble du pays, avec la location en 2008 de deux avions Beechcraft King Air d’un montant de 7 473 259 827 F CFA (toutes taxes comprises sur quatre exercices).

Sidiki Doumbia

04 Septembre 2012