Partager

Suite à des pluies diluviennes consécutives tombées, le 24 Août, les 4 et 10 septembre, les collecteurs, qui repèrent les eaux sauvages (pluies) venant des bassins versant, autour des périmètres ont été débordés. Les canaux principaux, à leur tour, ont été débordés. Ouvrant, du coup, la voie aux eaux de ruissellement qui ne pouvaient que s’abattre sur les parcelles de riz. A Sélingué 250 ha sont sous l’eau dont 180 déjà repiqués. L’ensemble du périmètre de Manicoura est touché, mais les dégâts sont perceptibles au niveau des 425 ha du secteur 4 où plus de 200 ha sont repiqués. Ici, une quarantaine de mètres d’une digue a été emportée suite à une brèche faite par certains riziculteurs paniqués.

Suite aux pluies diluviennes qui se sont abattues pendant les deux dernières semaines à l’Office riz de Sélingué et au Périmètre irrigué de Manicoura, le ministre de l’Agriculture, Aghatam Ag Alhassane, a dépêchée, le 11 septembre, une mission de 24 h sur le terrain pour constater les dégâts et envisager des dispositions urgentes à prendre pour redonner vie aux périmètres. La légère délégation de supervision composée du Directeur national du génie rural, Soumaïla Samaké, du Directeur de l’Office riz de Sélingué, Ibrahima Siby, du Coordinateur de périmètre irrigué de Manicoura et des membres du Cabinet, était dirigée par le Secrétaire général du ministère de l’Agriculture, Moussa Léo Sidibé.

C’est vers 11 h que la délégation est arrivée à Sélingué. Après une pose de quinze minutes, le Secrétaire général du ministère de l’Agriculture et ses hommes ont pris la destination du Périmètre irrigué de Manicoura. Cette localité a reçu, le 24 août, il a été enregistré 100 mm, 95 mm le 4 septembre et la localité a été sérieusement arrosée le lendemain même de la fête du Ramadan avec une estimation records de plus 170 mm.

Les prémisses des dégâts des pluies diluviennes étaient visibles tout au long du chemin. Des panneaux et bornes de signalisation à terre, la dégradation de la route latéritique, les ponts presque submergés et touchés par le passage ravageur de l’eau ou encore les traces ravageuses des eaux de ruissellement dans la nature sont autant de faits qui prédisaient ce qui attendaient l’équipe de Moussa Léo Sidibé dans les quatre secteurs du périmètre irrigué de Manicoura. Arrivée sur place, la délégation a fait le tour du périmètre. Pendant plus de cinq heures, la mission a pu définir les causes du phénomène, mesurer l’importance des dégâts et proposer des solutions urgentes pour circonscrire la catastrophe.

Selon le Directeur de l’Office riz de Sélingué, cette catastrophe naturelle est due, essentiellement, à l’incapacité des infrastructures hydro-agricoles des deux périmètres de recevoir et de drainer correctement une si grande quantité de pluies. A le croire, pour le périmètre de Sélingué, elle est motivée par la porosité des installations. Quant au périmètre irrigué de Manicoura, elle est due à la faiblesse des infrastructures constatées depuis sa mise en service en raison de la non maitrise des données hydrologiques. D’ailleurs, il avait été prévu dans le cadre de la mise en œuvre du Programme développement irrigation dans le bassin du Bani et à Sélingué de conforter certaines parties du périmètre à cause de la contrasté géographique de la zone caractérisée par les bassins versants des montagnes et des cours d’eaux qui ceinturent le périmètre. Ce projet de consolidation des infrastructures tarde à se réaliser. Ibrahim Siby a expliqué la rupture de la digue du secteur 4 par une intervention périlleuse et non autorisée des producteurs inconnus sur l’infrastructure. Selon lui, suite à la submersion de leurs cultures, ceux-ci étaient paniqués et ont décidé de faire une petite brèche (2m) pour évacuer l’eau des parcelles. Mais, malheureusement, sous la pression de l’eau, cette brèche a pris une autre allure. Elle s’est élargie progressivement. De deux mètres au départ, elle était à une quarantaine au passage de la délégation.  » Dans les 48h, il faut trouver un moyen pour évacuer l’eau. Car, le barrage de Sélingué s’apprête à lâcher l’eau à partir de cette semaine « , a prévenu Ibrahima Siby.  » C’est à cela que nous allons nous atteler très rapidement. Nous allons évacuer l’eau des cultures de riz déjà submergées et colmater la brèche élargie « , a rassuré le Directeur national du génie rural, à qui le chef de la délégation a instruit, sur le champ, de prêter deux de ses grosses motopompes d’une capacité de drainage de 400 m3 par heure. En plus de ce renfort pour l’évacuation de l’eau, Soumaïla Samaké a préconisé de barrer, carrément, la voie d’accès de l’eau en renforçant le cavalier du collecteur qui capte les eaux de pluie et qui n’a plus la capacité de l’évacuer vers le marigot  » Kôba  » situé en amont du périmètre. Une solution plus pratique qui a l’avantage d’être réalisable rapidement par les entreprises. Le président de la Coopérative des producteurs du riz de Sélingué, Fodé Traoré, a déclaré que la catastrophe a touché les deux tiers de son organisation. Il a déploré, que cette situation va faire baisser la production prévue pendant la campagne en cours.  » Sur une prévision de six tonnes à l’hectare, il faudrait s’attendre à la moitié. Mieux, notre campagne de contre saison sera bouleversée « , a-t-il annoncé. En sa qualité de chef mission, Moussa Léo Sidibé a affirmé que les dispositions urgentes prises seront appliquées pour récupérer et les terres et les cultures déjà plantées. Il a rassuré que le ministère de l’Agriculture prendra des mesures particulières pour venir en aide aux sinistrés. Conscient des effets du changement climatique, qui bouleversent toutes les prévisions, M. Sidibé a invité les techniciens à réfléchir à l’introduction et à l’intensification d’autres cultures comme la banane ou le melon, qui fait un bénéfice de 25 millions par ha et par an en irrigation goutte-à-goutte.

Par ailleurs, selon une source bien informée, suites aux pluies diluviennes du 10 septembre, des maisons se sont écroulées, faisant trois morts dans la ville de Sélingué et plusieurs blessés.

Soumaila GUINDO

13 Septembre 2010.