Partager

Alors que le gouvernement voulait le report sine die du vote de la levée de l’immunité parlementaire de certains députés dont ceux du MNLA, le garde des Sceaux, ministre de la Justice défendra bel et bien aujourd’hui devant l’Assemblée nationale la mise à disposition de la justice des élus de la nation présumés coupables de différents délits et crimes de guerre. Une prise de position de Malick Coulibaly qui s’explique par sa volonté de permettre à la justice de faire son travail.

Le renvoi du vote de la levée de l’immunité de certains députés n’aura finalement pas lieu. Ce nouveau rebondissement s’explique par le retour inattendu du ministre de la Justice. L’absence du garde des Sceaux avait été invoquée par le gouvernement pour justifier la décision de demande de report d’un vote crucial. Celui-ci aura finalement lieu aujourd’hui à l’occasion d’une séance plénière à l’Assemblée nationale.

Revenu hier en début de matinée, Malick Coulibaly a catégoriquement refusé de suivre la position du gouvernement dans cette affaire malgré des discussions avec le Premier ministre. « Dès aujourd’hui, nous allons travailler là-dessus et ça serait fait (Ndlr : la levée de l’immunité parlementaire des députés visés) », nous a-t-il assuré hier au téléphone.

Il est revenu sur la demande du renvoi du vote en expliquant que son intérimaire dans le gouvernement a pris cette décision pour qu’il revienne s’occuper d’un dossier qui apparait très délicat pour le gouvernement.

Sa position semble partagée par une large majorité des élus de la nation. Selon des sources proches de la commission ad hoc créée par le bureau de l’Assemblée nationale et présidée par Me Kassoum Tapo, la tendance est à un vote massif pour la levée des immunités parlementaires.

Markatié Daou

L’Indicateur du Renouveau du 28 Juin 2013