Partager

A Moribabougou, première étape de la caravane, le cortège, composé des responsables du département de la Santé, du Groupe Pivot Santé Population et des partenaires, a fait son entrée à 8 heures 40 mn dans une ambiance festive. Et là, responsables administratifs, politiques et société civile, entourés des populations de Moribabougou, se sont retrouvés devant la devanture du Centre de Santé de la ville.

Après les salutations traditionnelles faites par le chef de village, le représentant du Maire et le député de Moribabougou, le porte-parole des caravaniers est revenu sur la nécessité et pour les autorités et pour les populations de faire recours aujourd’hui à la planification familiale pour le bien-être de la femme et le mieux-être de toute la famille. Un message soutenu par des sketches présentés par les pairs éducateurs et la troupe de Moribabougou qui, apparemment, ont produit l’effet escompté.

Ce fut ensuite le tour du représentant du département de la Santé de remercier les uns et les autres pour la qualité de la mobilisation et d’édifier l’assistance sur les objectifs des plus hautes autorités à travers cette campagne.

Tout comme à Moribabougou, à Tienfala, deuxième étape, les populations étaient massivement sorties pour accueillir les caravaniers. De là, la caravane a mis le cap sur Koulikoro, la capitale de Meguetan.

Sur la place publique de Koulikoro, autorités politiques et administratives, élus, responsables en charge de la Santé de la région et populations ont salué la montée des couleurs par les jeunes pionniers, au son de l’hymne national du Mali, marquant ainsi le début de la cérémonie.

Le Maire de Koulikoro, Me Souleymane N’Diaye, s’est réjoui du choix de Koulikoro pour cette caravane de sensibilisation sur la promotion de la planification familiale.

Le Maire reste convaincu que la caravane va constituer un déclic pour les populations de Koulikoro qui, a-t-il fait savoir, prendront désormais conscience des enjeux de la planification tant sur le plan social qu’économique.

Et le Conseil Communal de la ville, dira M. N’Diaye, contribuera à toute action allant dans ce sens. La planification familiale, fera savoir le porte-parole des caravaniers, est une initiative visant à sauvegarder la santé de la femme dont le but est de réduire le taux de mortalité maternelle au Mali qui, jusque-là, reste élevé selon les statistiques.

Aujourd’hui au Mali, une femme sur 3 éprouve le besoin de la planification familiale. La non utilisation des méthodes contraceptives était due, selon le porte-parole des caravaniers, à un manque de communication, mais aussi au fait que la qualité du service n’était pas à la hauteur.

Un plateau de services de qualité existe et se trouve être plus proche encore des populations. C’est pourquoi les caravaniers ont émis le voeu de voir la réalisation de tout ce qui concourt à une appropriation des procédés de planification par les populations maliennes.

Le Directeur Exécutif du Groupe Pivot Santé Population M. Souleymane Dolo et le Directeur Régional de la Santé M. Sory Ibrahim Bamba, sont revenus sur les constats qui ont servi de mobile aux autorités à relancer la politique nationale de planification familiale.

Il ressort de leurs exposées que la santé de la femme constitue une priorité pour les autorités. Or, les avortements clandestins, les mortalités maternelles et infantiles sont des handicaps qui touchent directement la santé de la femme.

Un des moyens sûrs pour infléchir la tendance est sans nul doute l’espacement des naissances. Les disproportionnalités dans la répartition des services et la faiblesse du taux d’utilisation des procédés de planning familial constituent des obstacles à franchir à tout prix. Pour cela, la disponibilité des services, la collaboration entre ONG, associations et Etat doivent être des priorités.

Enfin, le Gouverneur de la région de Koulikoro, Mamadou Issa Tapo, dira dans son intervention, que le travail abattu jusque-là a été rendu possible grâce à une action collective du département de la Santé, des partenaires, des communicateurs et des artistes, chacun ayant apporté sa contribution.

La démographie galopante, la mortalité maternelle et infantile sont des choses qui, de l’avis du Gouverneur Tapo, nous interpellent tous. Il dira par la suite que la planification familiale permet aux femmes d’être fortes et à la famille de se promouvoir.

Ce qui reste, selon lui, une option pour les Maliens dans un pays qui souffre de tous les maux. Et le Gouverneur Mamadou Issa Tapoa dit qu’il demeure convaincu que les résultats, dans ce cas, pourront inverser la tendance dans notre pays à un moment où tout est cher.

A noter que le Groupe Pivot Santé Population a bénéficié dans cette campagne du soutien de l’USAID, fortement impliquée dans la recherche des solutions aux problèmes de la santé de la reproduction.

Adama S. DIALLO, Stagiaire

26 mai 2005