Partager

Après avoir contesté le CNT avant sa nomination au poste de Premier ministre, Dr Choguel Kokala Maïga, sera en grand oral devant les membres de cet organe de transition.

 maliweb.net – Le Premier ministre de Transition, Dr Choguel Kokalla Maïga, sera, dans les prochains jours, devant le Conseil national de Transition (CNT) pour présenter son plan d’action gouvernementale. Il fera face à certaines adversités, même si, « autre temps autre mœurs » !

En effet, au début de cette transition, alors président du Comité stratégique du M5-RFP, le mouvement contestataire du régime IBK, Dr Choguel Kokala Maïga n’a eu de cesse de dénoncer « le manque de légitimité du CNT ». Son mouvement avait alors fortement, et sans succès, exigé une recomposition du parlement provisoire de transition. Ces dénonciations ont fini par susciter le courroux de plusieurs membres du CNT, dont Issa Kaou Djim, Nouhoum Sarr, Souleymane De, Pr Youssouf Coulibaly et d’autres, qui n’étaient pas favorables à la nomination de Dr Choguel à la primature.

Mais, par la force des choses, avec le coup de force du 24 mai 2021, lorsque le véritable homme fort du pays, le Colonel Assimi Goïta a jeté son dévolu sur le leader du M5-RFP pour diriger le gouvernement, l’on a assisté à un remodelage du discours du président du MPR….  Comment va-t-il devoir gérer à présent son face-à-face avec ses anciens détracteurs, dont Nouhoum Sarr, qui affiche son hostilité à voir un chef politique diriger le gouvernement de transition. Ce secrétaire parlementaire et ses autres amis du CNT peuvent-il influer sur l’appréciation d’ensemble du Plan d’action gouvernemental (PAG) du Premier ministre ? Ce climat de méfiance et de suspicion peut-il impacter négativement sur la qualité des débats relatifs à ce PAG ? Rien n’est moins sûr. Et il est évident que l’intervention du chef du gouvernement ne sera pas pour lui une simple opération de communication. Surtout qu’il est très attendu sur certains axes majeurs de l’actualité, comme la question de la mise en place d’un organe unique de gestion des élections, le renforcement de la sécurité dans le pays, l’équipement des forces de défense et de sécurité, la lutte contre la corruption, l’impunité, etc. Sur ces thématiques, les membres du CNT n’hésiteront pas à recenser les questions et préoccupations des autres acteurs politiques adversaires du Premier ministre pour lui placer des peaux de bananes sur la route…

Par ailleurs, comme il l’annonçait, lors du premier conseil de cabinet de son gouvernement, Choguel Kokala Maïga s’inscrivait, résolument dans l’engagement à satisfaire les Maliens.  « Les Maliens, meurtris par des souffrances de toute nature, attendent beaucoup de nous et nous ne devons pas les décevoir », déclarait-il alors. Inspirera-t-il confiance à ses interlocuteurs du CNT par rapport à ces fortes attentes des Maliens ? Depuis son entrée en fonction, Choguel a-t-il posé des actes forts pour convaincre les membres sceptiques du CNT à lui accorder facilement leur blanc-seing ? Possible !

Mais, il faut reconnaître que ce grand oral doit permettre au Premier ministre d’exposer sa stratégie concernant le processus de sécurisation du pays, la problématique d’amélioration du quotidien de ses compatriotes et les échéances électorales. Sans oublier qu’il vient d’annoncer que chaque ministre sera évalué tous les 45 jours pour voir quel acte a-t-il posé dans l’évolution de la feuille de route de la Transition. Les parlementaires du CNT devront se préoccuper de la faisabilité de ces promesses, plus facile en opération de communication qu’en actes concrets de gouvernance. Et, c’est au chef du gouvernement de convaincre sur les capacités réelles de son équipe. Cela n’est pas une sinécure !

Boubou SIDIBE/maliweb.net