Partager

Le chef du gouvernement qui recevait hier les femmes leaders des partis politiques, a expliqué à ses interlocutrices que leur contribution est indispensable à la réussite du processus de transition. En retour, celles-ci ont apprécié sa démarche et l’ont assuré de leur engagement

Le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, multiplie les rencontres dans le but de faire adhérer la majorité de nos compatriotes au Plan d’action du gouvernement (PAG) censé permettre à notre pays de revenir dans le concert des nations la tête haute. C’est dans ce cadre qu’il a rencontré, hier à la Primature, le cadre de concertation des femmes des partis politiques dont Mme Maïga Oumou Dembélé est la porte-parole. Au cours de la rencontre, les échanges ont essentiellement porté sur la création de l’Organe unique de gestion des élections, l’organisation des Assises nationales de la refondation (ANR) et l’application de la loi 052 sur le genre.

Cette rencontre intervient dans un contexte politique un peu tendu, car une partie de la classe politique s’oppose à la mise en place de l’Organe unique de gestion des élections. À ce propos, le Premier ministre a souligné que les mêmes causes produisent les mêmes effets. Pour Dr Choguel Kokalla Maïga, si notre pays part aux élections avec les mêmes instruments qui ont organisé celles de 2020, on se retrouvera avec une crise politique.

Le chef du gouvernement a saisi l’occasion pour demander à ce qu’on mette ensemble cet organe. À ceux qui ont des inquiétudes par rapport au respect de la durée de la Transition, le Premier ministre a assuré que le gouvernement va faire tout pour respecter ses engagements. Mieux, selon lui, les experts ont montré qu’on peut mettre l’Organe unique dans le délai.

L’autre sujet qui divise la classe politique est l’organisation des ANR. Les leaders du Cadre d’échange des partis et groupements politiques pour une Transition réussie au Mali considèrent la tenue de ces assises comme une «répétition» du Dialogue national inclusif (DNI). Sur ce sujet, le chef du gouvernement a tenu à souligner la différence entre les deux fora. Selon lui, le DNI n’a pas réuni tous les Maliens, notamment une certaine partie de la classe politique. Aussi, a-t-il relevé que contrairement au DNI, les résolutions des ANR seront exécutoires pour toutes les autorités, à commencer par le gouvernement de Transition.

Par ailleurs, le Premier ministre a exposé à ses interlocutrices les priorités de la Transition : la sécurité et l’apaisement du front social. À ce propos, se réjouissant de la suspension du mot d’ordre de grève illimitée de la Confédération syndicale des travailleurs du Mali (CSTM), Dr Choguel Kokalla Maïga a promis que les négociations vont continuer avec les enseignants grévistes.

Toutefois, il envisage de faire l’audit de l’administration des enseignants pour pouvoir établir les fondamentaux d’une école normale. Le chef du gouvernement a, en outre, assuré ses interlocutrices de son intention d’appliquer la loi sur le genre.

En retour, les femmes des partis politiques ont remercié le Premier ministre pour cette initiative et lui ont remis un document de propositions pour leur pleine participation au processus de transition.

Bembablin DOUMBIA

SOURCE : ESSOR