Partager


Approfondir les conditions de l’efficacité des aides budgétaires au Mali. Tel est l’objectif d’un atelier de deux jours organisé par l’Agence Française de Développement (AFD) et le Ministère de l’Economie et des finances qui se tient depuis hier jeudi 1er novembre à l’hôtel Salam.

Le Gouvernement du Mali a fait de l’appui budgétaire un instrument privilégié de sa coopération financière. En vue d’approfondir les conditions de l’efficacité des aides budgétaires de notre pays, le ministère de l’Economie et des finances, en collaboration avec le groupe de l’Agence Française de Développement (AFD), organise depuis hier jeudi 1er novembre, un atelier de deux jours sur l’appui budgétaire général.

La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par le Secrétaire général du Département des finances, Sambou Wagué, qui avait, pour la circonstance, à ses côtés, le directeur général de l’AFD, Hervé Bougault et le représentant résident de la Banque Mondiale au Mali.

Durant les deux jours de travaux, les participants, issus de différents secteurs financiers de l’administration malienne et des structures techniques des partenaires financiers vont échanger sur des points mettant en perspective la situation malienne au regard de certains aspects comme, « le dispositif de suivi des aides budgétaires, l’articulation avec le processus de revue et le processus budgétaire ». Et la »gouvernance financière, appui budgétaire« .

Ces présentations seront suivies par des travaux de groupes qui mettront l’accent sur l’articulation entre le processus de revue sectorielle, la revue PAGAM, la revue du CSLP et le processus budgétaire. Les participants mettront également ces deux jours à profit pour examiner la mise en oeuvre de l’aide budgétaire, la nature des risques identifiés au cours du processus et le dialogue Gouvernement partenaires techniques et financiers.

Le représentant du ministre et de l’Economie et des finances, dans son discours d’ouverture des travaux, a souligné que « l’établissement des rapports nouveaux de travail passe nécessairement par une compréhension commune de l’appui budgétaire et la prise en compte des intérêts de toutes les parties. S’y ajoutent, le suivi d’un nouveau mode d’opération et une harmonisation des interventions des partenaires techniques et financiers « .

Kassoum THERA

02 novembre 2007.