Partager

Depuis bientôt un mois des quartiers de la ville de Bamako sont privés d’eau potable fournie par la Société malienne de gestion de l’eau.

Tributaire du réseau électrique, la fourniture d’eau potable aux habitants des quartiers périphériques de Bamako n’est plus une réalité. A Yirimadio, Sirakoro Mégétane, les Logements sociaux de Yirimadio, l’eau potable est une denrée rare. La corvée d’eau impacte la vie socioéconomique des habitants. Ces derniers se rabattent désormais sur des sources d’eau distantes de beaucoup de kilomètres. Les pauvres qui ne disposent pas de charrettes ou de voitures pour transporter la dotation journalière sont obligés de se ravitailler chez les vendeurs ambulants qui font de porte en porte. Commerçants comme les autres, ceux-ci profitent de la crise pour mettre haut la barre. Le bidon de 20 litres d’eau coûte est cédé dans les zones périphériques de Bamako à plus de 125 F Cfa au lieu de 50 F Cfa soit une augmentation 150%.

La population de Bamako paye cache la canicule de cette année marquée par un double délestage, à savoir : l’électricité et l’eau. Une situation qui rend difficile la vie dans plusieurs quartiers de la ville des trois Caïmans. Et le constat est amer, car, la pénurie d’eau du réseau Somagep (l’unique au Mali) est tributaire au fournisseur d’électricité EDM-SA laquelle connaît des difficultés ces temps-ci. Un habitant des Logements sociaux affirme son indignation « on est pris en otage et on ne sait comment s’en sortir ».

Ousmane Daou

L’Indicateur du Renouveau du 17 avril 2012