Partager

Le manque de subventionnement du gouvernement (qui s’élèvent désormais à 3 584 354 000 de FCFA) auprès du groupement des professionnels du gaz domestique au Mali est très mal vécu par la plupart des citoyens maliens. Pour rappel, le groupement des professionnels du gaz domestique au Mali a arrêté l’approvisionnement du marché, depuis le 05 octobre 2018.

Le prix du gaz domestique a pris désormais l’ascenseur au Mali depuis cet arrêt d’approvisionnement. De 3500 FCFA, certains revendeurs facturent un bouteille de gaz aujourd’hui à 4500 voire 5000 FCFA. de quoi donner le tournis à certains Bamakois. Et d’autres, révoltés contre l’Etat semblent appréciés cette augmentation ascensionnelle. Ces derniers ne tolèrent pas que le gouvernement promet d’endosser une partie des charges afin de permettre aux populations maliennes d’avoir du gaz à moindre coût, et se déjuge de ses engagements sans demi-mesures. Par ailleurs, dans une correspondance adressée au ministre de l’Economie et des Finances, le groupement des professionnels du gaz domestique, composé de trois sociétés (SODIGAZ, FASOGAZ et SIGAZ), interpelle le gouvernement sur la situation des subventions.Micro-trottoir.

ibrahim.gifIbrahim Diakité, conducteur de remorque :

“ Ca fait deux ans que je n’utilise plus le gaz domestique à cause de son prix exorbitant qui ne cesse de grimper jour après jour. Si maintenant on nous dit qu’il y a une pénurie parce que le gouvernement ne respecte pas ses engagements , cela ne m’étonne guère. Ils ont peut-être raison de le faire !”

Abdoul karim Bah, prestataire de service de l’entreprise SAKALO

4.gif“Cette pénurie n’est pas la bienvenue. Le pays est déjà dans une ascensionnelle difficulté. Le gaz arrange tellement nos femmes. En moins d’une heure, elle finissent un plat…Avant il fallait prendre deux heures pour le de temps de cuisson. Il faut que le gouvernement tienne ses engagements pour qu’on puisse continuer à s’en procurer pour ainsi sauver nos arbres des coupures massives. La dégradation de notre environnement est un danger qui n’est pas négligeable.”

togo.gifMariam Togo , étudiante en terminale

“ Le gaz est très dangereux. Ma cousine en a été victime. Mais cela ne nous empêche de nous en procurer car il nous aide considérablement dans la cuisson de nos plats. Cette pénurie me cause beaucoup de torts. Cela fait 10 jours qu’on en cherche dans le marché en vain. Et si on en trouve, le prix nous encourage pas à l’achat.”

Fanta konaté, secrétaire de direction

“ Même ce matin j’ai failli pleurer à cause du manque de gaz à la maison! C’est une situation infernale que je vis tous les jours après le boulot à essayer d’allumer sans cesse le charbon. On ne peut tolérer cela ! Si il y avait protestation j’y serai allée !”

sogoba.gifLassine Sogoba , conducteur de camion-remorque

“ Je n’étais pas au courant de cet arrêt d’approvisionnement. Je croyais que c’était une augmentation volontaire de la part de certains vendeurs peu scrupuleux. C’est un dommage colossal causé à nous qui voyageons et qui utilisons le mini-gaz pour réchauffer nos plats en cours de route.Puisse Dieu venir en aide au Mali ”!

Aissata Keita,

Bamako, le 19 Octobre 2018

©AFRIBONE