Partager


L’Institut national de prévoyance sociale (INPS) veut améliorer le mieux possible ses services. La journée d’information, et d’échanges sur les procédures et formalités administratives de l’assistance vieillesse, l’invalidité et l’amélioration de survivants, qui a eu lieu le jeudi 22 novembre dans un hôtel de la place s’inscrit dans le cadre de cette amélioration de prestations, elle-même partie intégrante du vaste chantier de réforme de la structure initiée il y a quelque temps.

Les nouveaux retraités passent beaucoup de temps sans percevoir leurs premières pensions, le plus souvent, à cause d’un dépôt tardif de leurs dossiers, qui est la conséquence de la méconnaissance des procédures et formalités administratives à accomplir avant la retraite.

Pour mettre fin à cet acte pénalisant les retraités, la direction de l’INPS, à travers une journée d’information et d’échanges, a regroupé autour d’une table les gestionnaires des ressources humaines de certains grands employeurs, les représentants de leur personnel et le personnel technique de l’Inps.

Ce cadre de concertation tripartite s’attellera à faire mieux connaître les pièces à fournir par les partants à la retraite et la façon la plus efficace de le faire. D’ailleurs, à l’issue de l’atelier, les participants, à qui des documents en la matière ont été remis, véhiculeront la « bonne information » au niveau de leurs services respectifs.

Toutes choses, a souligné le représentant du ministre du Développement social, de la Solidarité et des Personnes âgées, Nouhoum Sidibé, permettront de « diligenter la constitution des dossiers de vos travailleurs admis à faire valoir leurs droits à la retraite afin que l’INPS puisse liquider leur première pension dans le respect des normes de gestion requises ».

M. Sidibé a aussi demandé à l’INPS une « véritable stratégie de communication institutionnelle ».

Même son de cloche chez le président du Conseil d’administration de l’Inps, Siaka Diakité. L’initiative mérite d’être étendue aux autres prestations. Il a laissé entendre que l’initiative ne se fructifierait sans « l’accompagnement » des responsables des ressources humaines et les personnels eux-mêmes.

Quant au directeur général de l’INPS, Lassine Bouaré, il a affirmé qu’après avoir progressé dans l’établissement d’un équilibre financier en son sein, l’Inps a fait de la satisfaction de ses usagers une de ses priorités dans le cadre de sa réforme.

En effet, l’INPS souhaite que « tous les usagers qui viennent pour quelque service que ce soit dans notre maison en ressortent la joie au cœur et le sourire aux lèvres, avec le sentiment d’avoir été servis ». D’où la pertinence de cette journée, qui aura comme résultat la réduction au minimum possible du « temps entre le 1 er jour de retraite et la première pension ». Ce qui permettra d’ « éviter le temps souvent très pénible de rupture de revenu que le départ de la vie active entraîne ».


Ogopémo Ouologuem

(stagiaire)

23 novembre 2007.