Partager

Un tribunal du Caire a condamné mardi à des peines de prison une quarantaine d’employés égyptiens et étrangers d’ONG accusées de travailler dans l’illégalité et de recevoir des financements illicites. Sur les 43 personnes inculpées, 27 jugées par contumace ont écopé de 5 ans de prison. Parmi les 16 autres, 5 ont reçu des peines de deux ans de prison ferme -parmi elles un ressortissant américain- et 11 ont été condamnées à un an avec sursis, a constaté un journaliste de l’AFP présent à l’audience. Ces personnes avaient été déférées devant la justice début 2012, après des perquisitions dans les locaux au Caire de ces ONG, parmi lesquelles les organisations américaines National Democratic Institute (NDI), International Republican Institute (IRI) et Freedom House, ainsi que la fondation allemande Konrad Adenauer. Le jugement ordonne également la fermeture des locaux de ces organisations en Egypte. Cette affaire avait provoqué de vives tensions entre Washington et le pouvoir militaire de transition à l’époque à la tête de l’Egypte, avant l’élection en juin 2012 de Mohamed Morsi. Tous les étrangers jugés ont quitté l’Egypte l’an dernier, à la suite notamment de pressions des Etats-Unis. Robert Becker, ressortissant américain, condamné mardi à 2 ans de prison, était toutefois resté par solidarité avec les inculpés égyptiens. AFP