Partager

Pearl Gold Ag commence avec succès au General Standard de la Bourse de Francfort : Un changement de listing significatif, stratégique aux perspectives de développement considérables

Le 25 septembre 2012 à Francfort, les actions de la Pearl Gold AG, un développeur de projets et investisseur actif dans des mines d’or et des entreprises de matières premières d’Afrique de l’Ouest, ont été négociées pour la première fois au General Standard de la Bourse de Francfort. Pearl Gold, certainement la seule entreprise orientée vers l’extraction de l’or sur le marché boursier réglementé avait été coté auparavant à la Bourse de Francfort dans le marché ouvert /Quotation Board. Le premier cours des actions de Pearl Gold s’élevait à 10,50 €. La capitalisation de la société sur le marché s’élève donc actuellement à 262.500.000 d’euros.

Nous nous réjouissons de ce démarrage réussi au General Standard » a commenté le membre du directoire, Lutz Hartmann qui a expliqué que « le listing dans le marché règlementé à la Bourse de Francfort est d’une importance stratégique pour le développement à venir de l’entreprise. D’un côté, nous constatons beaucoup d’intérêt chez les investisseurs allemands pour les ressources en matières premières en Afrique de l »ouest et, de l’autre côté, beaucoup d’investisseurs se concentrent exclusivement sur les valeurs boursières soumises aux règles strictes de transparence du marché règlementé ». Par ce changement de listing réussi, Hartmann voit sa société en bonne position.

Le gouvernement malien reconnaît également l’importance du projet et était représenté par son ministre des mines, Amadou Baba Sy, lors de la cérémonie à Francfort. « Nous sommes très heureux de la participation de Monsieur Baba Sy. Cela démontre la confiante collaboration et la reconnaissance par le gouvernement du Mali du résultat obtenu » s’est réjouit Hartmann.

Le premier investissement de la Pearl Gold AG, Wassoul’Or, une mine d’or au Mali, s’est très bien développé ces derniers mois et cette dernière exploitera l’intégralité de ses capacités de production encore cette année, a-t-il indiqué . Avant de préciser que ces capacités de production seront nettement augmentées dans les deux, trois années à venir. Par ailleurs, des forages supplémentaires sont en cours dans la région de concession de Faboula, dont les résultats devront être connus avant la fin de l’année, a-t-il souligné.

» Quant au secteur des mines de l’Afrique de l’ouest offre de multiples possibilités » a dit Hartmann. Avant de conclure en relevant que » Dans un premier temps, nous voulons nous concentrer sur le développement de notre participation, laquelle a beaucoup de potentiel. Mais, dans le courant de six mois à venir, nous examinerons nos options supplémentaires et discuterons des propositions ».

Moulaye HAIDARA

03 Octobre 2012