Partager

Pour les amis d’ATT, le jour de vérité approche. Le 17 juillet prochain, ils vont fonder le Parti pour le développement économique et social-PDES-. Dans le légitime dessein de veiller sur l’héritage que leur mentor laisse à son pays et à la nation. Aujourd’hui, on assiste à une véritable veillée d’armes pour peaufiner les préparatifs.

Le compte à rebours a commencé pour les fondateurs du futur Parti pour le développement économique et social, qui sera, en principe, porté sur les fonts baptismaux le 17juillet 2010 par une assemblée constitutive qui fera sans doute date dans l’histoire politique du Mali.
Ce qui se disait en sourdine dans les coulisses, a été mis sur la place publique (confirmé) par le président de la République, le 8 juin dernier au cours de sa traditionnelle conférence de presse.

Ce jour là, Amadou Toumani Touré révélait qu’il ne pouvait plus empêcher ceux qui l’ont jusque-là accompagné et respecté ses directives au sein du Mouvement citoyen d’avoir des ambitions politiques. Et qu’ils peuvent souverainement créer leur parti. ATT leur a alors souhaité bon vent. Depuis, Hamed Diane Séméga et ses camarades sont passés à la vitesse supérieure.

Nous parlons d’accélérateur parce que les « Citoyens » avaient déjà palpé, occupé (miné ?) le terrain à la base à travers des conférences, des débats, des cercles de réflexion, bref, toutes stratégies utiles initiés par le CENA du Mouvement citoyen.

Revenons-en aux motivations des amis d’ATT et au choix du moment.
Tous les fins analystes de la situation politique nationale et de l’évolution du Mouvement citoyen ne doutaient pas un seul instant que le MC se transformerait un jour en parti politique. Les seuls inconnus demeuraient la forme et le moment.

Même au sein du Mouvement, il n’y avait pas place à l’incertitude. Mais certains étaient plus pressés que d’autres de verser rapidement dans la politique de terrain. Ousmane Ben Fana Traoré quitte et crée le PCR, et Djibril Tangara (ancien président du MC et ancien ministre) se retire pour fonder le FCD, bien que le mentor ATT n’ait pas donné sa caution.

Veiller sur l’héritage

Les plus patients ont attendu le feu vert de celui dont ils défendent l’idéal et les actions depuis plus de dix ans. L’heure est donc venue, pour les « Citoyens » de prendre leurs responsabilités devant l’histoire et de témoigner, sous une forme nouvelle, leur attachement indéfectible à la sauvegarde des acquis du président Amadou Toumani Touré.

Car, contrairement à une certaine opinion faussement répandue, créer un parti, ne signifierait aucunement se démarquer d’ATT. Au contraire, c’est pour mieux veiller sur l’héritage qu’ATT laissera à la nation malienne (au terme de son mandat) en terme de grands projets réalisés et en cours. C’est tout l’esprit de la création du Parti pour le développement économique et social.

Et Dieu seul sait, ATT peut aujourd’hui revendiquer des acquis incommensurables, obtenus aussi bien dans son premier mandat (2002-2007) que dans la mise en œuvre du Programme pour le développement économique et social.

Fondamentalement dans le domaine des grands travaux, le président Amadou Toumani Touré en a réalisés en dix ans plus le Mali n’en a eus en quarante ans. Les grandes reformes institutionnelles, les réalisations sectorielles dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’énergie, du sport etc. sont autant d’acquis que les héritiers d’ATT entendent préserver de la dilapidation et/ou de la récupération. Autre motivation de taille des fondateurs du parti PDES : poursuivre les grands chantiers ouverts partout par ATT et assurer la continuité pour un Mali « qui gagne toujours ».

Ils ont des arguments valables. En plus du poids du bilan de leur mentor, les membres fondateurs du PDES compteront sur des ressources humaines de qualité issues du Mouvement citoyen, mais venant aussi d’autres partis. De ça, nous en reparlerons.

Sékou Tamboura

28 Juin 2010.