Partager

Ils sont nombreux aujourd’hui, ces enfants qui exercent de petits métiers pour subvenir à leurs besoins, mais aussi pour aider les parents en difficulté.

En ces temps caractérisés par une pauvreté généralisée au Mali, les enfants sont les plus vulnérables à certaines menaces de la vie.

La socialisation est certes louable, mais nous devrons cependant la faire dans le cadre d’une surveillance pour protéger les enfants contre certains phénomènes de société comme la drogue, la prostitution, l’alcool, etc.

Le cas de Adama Sanogo est évocateur. Issu d’une famille pauvre, il affirme avoir quitté l’école pour aider ses parents : «Nous sommes cinq frères. Notre père est malade depuis trois ans. L’argent que nous gagnons aide notre maman dans la prise en charge des dépenses quotidiennes. Donc cette situation, c’est un mal nécessaire pour moi».

Que dire également de ce jeune du nom de Moussa Sidibé qui loue le pousse-pousse pour transporter les ordures ménagères. Il gagne souvent 1000 à 1500f par jour.

Ils sont des milliers d’enfants dans cette situation dans la ville de Bamako. Pour se rendre à l’évidence, il suffit de faire le tour de certains trottoirs de la capitale.

Nous avons rencontré une fille de 16 ans du nom de Assa dans un restaurant à Sogoniko où elle travaille comme servante.

«Je gagne assez d’argent, ce qui m’évite de me prostituer. Je me soucie de ma dignité et l’honneur de ma famille», réagit Assa quand nous avons abordé le risque de prostitution auquel l’expose son travail.

Ils ne sont pas certainement des jeunes qui croisent les bras pour prendre le thé à l’ombre en attendant une hypothétique intégration à la fonction publique.

Toutefois, il convient de souligner que ces petits travaux doivent se faire avec l’accord des parents afin que des esprits malsains n’exploitent ces enfants en abusant de leur naïveté.

Les parents et toute la société d’une manière générale doivent veiller à éloigner les enfants des tentations de la drogue, du tabagisme, du vol, de la prostitution, etc.

Nouhoum Dicko.

17 mars 2008.