Partager

Le coup d’envoi des travaux du forum national sur la pauvreté des enfants et la protection sociale au Mali a été donné, hier mardi 12 mai, par le Premier ministre, Modibo Sidibé. Au cours de cette rencontre de trois jours, les participants échangeront sur des questions de protection sociale à savoir la réduction des frais de l’enseignement primaire, les transferts de revenus aux pauvres, l’assurance maladie, la sécurité sociale. Ce qui constituera une nouvelle étape devant permettre l’engagement des décideurs dans la réduction des inégalités persistantes à travers des initiatives nouvelles pro-pauvres.

Mieux informer les décideurs, les planificateurs, les chercheurs, les partenaires techniques et financiers, la société civile et les collectivités décentralisées sur la pauvreté et la vulnérabilité des enfants au Mali. Voilà l’objectif du forum national sur la pauvreté des enfants et la protection sociale au Mali dont les travaux ont démarré hier mardi 12 mai au Centre International de Conférences de Bamako, sous la présidence du Premier ministre, Modibo Sidibé. Il était entouré par les ministres du Développement Social, de la Solidarité et des Personnes Agées, Sékou Diakité et Mme Maïga Sina Damba de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille et le représentant de l’Unicef au Mali.

La cérémonie d’ouverture de cette rencontre a été agrémentée par la prestation de l’Ensemble Instrumental National, qui a, à travers une chanson, souhaité la bienvenue aux participants avant l’allocution du représentant de l’Unicef au Mali. Ce dernier estime que l’organisation de ce forum revêt une importance capitale surtout qu’il concerne les enfants.

Ce forum, faut-il le rappeler, est organisé par le Gouvernement du Mali à travers le ministère du Développement Social, de la Solidarité et des Personnes Agées en partenariat avec la coopération bilatérale et multilatérale. Cela grâce à l’appui technique et financier de l’Unicef. Pendant trois jours (du 12 au 14 mai) les participants vont échanger sur les questions de protection sociale à savoir la réduction des frais de l’enseignement primaire, les transferts de revenus aux pauvres, l’assurance maladie, la sécurité sociale …

Ainsi, les différentes communications relatives aux expériences porteront sur la contribution de l’Assurance Maladie Volontaire à la protection sociale des familles par le Directeur général de l’Union Technique de la Mutualité, la contribution du SAMU Social à la prise en charge des enfants de la rue.

Les quatre études sur la protection sociale des enfants, réalisées grâce à l’Unicef, feront l’objet de restitution et de discussions en plénière. Il s’agit de l’étude sur les transferts de revenus et la réduction de la pauvreté, l’étude sur la pauvreté des enfants et les inégalités ; l’étude sur la protection sociale des enfants en Afrique de l’Ouest et du Centre : cas du Mali et l’étude de l’impact de la hausse des prix des denrées alimentaires sur la pauvreté des enfants. Un rapport de synthèse contenant l’ensemble des résumés et recommandations des quatre études est accessible aux participants du forum.

Le ministre du Développement Social, de la Solidarité et des Personnes Agées, Sékou Diakité, estime que l’importance et l’opportunité du forum national se justifient à plusieurs titres.

Il a rappelé que le souci de renforcer les mécanismes de solidarité dans le cadre de la protection sociale est une des préoccupations majeures du Programme de Développement Economique et Social proposé par le Président de la République, Amadou Toumani Touré, de la Déclaration de politique générale du gouvernement du Premier ministre Modibo Sidibé et du Cadre Stratégique pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté.

Selon lui, «ce forum se tient à un moment où l’ensemble de la communauté internationale s’attèle à trouver les voies et moyens pour donner des réponses appropriées à la conjoncture socio-économique difficile vécue par l’ensemble des nations».

L’occasion était bonne pour le ministre Sékou Diakité de faire un bref aperçu des principaux jalons posés depuis quelques années par le Mali dans le cadre de la protection sociale. Parmi lesquels, les réformes imprimées dans le cadre de la sécurité sociale à travers l’amélioration de la gestion des institutions en charge de ce secteur.

Dans ce même chapitre de la sécurité sociale, précisera-t-il, le processus pour la mise en place de l’Assurance Maladie Obligatoire se «poursuit normalement et est en phase de production des outils de gestion pour assurer un démarrage effectif des prestations au cours de l’année 2010».

Le renforcement de la protection sociale est également illustré par les actions en cours pour la mise en place du Régime d’Assistance Médicale, les avantages accordés aux personnes âgées pour l’accès aux établissements publics de soins de santé.

«Les nombreux acquis relevés dans le domaine de la défense des droits de certaines catégories spécifiques de la population notamment la femme, les enfants, les personnes handicapées et les personnes âgées sont également du registre des avancées réelles que notre pays connaît.

Il demeure que nombre de défis continuent d’interpeller l’ensemble des acteurs pour raffermir la quête d’une protection sociale plus étendue» a laissé entendre le ministre Sékou Diakité. Qui précise que ces défis sont liés principalement à l’accès à la santé, à l’éducation, aux revenus. Sans oublier la défense quotidienne des droits reconnus en particulier aux catégories spécifiques dont les enfants.

Pour conclure, Sékou Diakité est convaincu que les résultats de ce forum doivent constituer désormais pour le Mali, une étape marquante dans le processus de formulation et de mise en œuvre de réformes novatrices.

Dans son discours d’ouverture, le Premier ministre Modibo Sidibé a déclaré que «ce forum se tient dans un contexte international de crise, caractérisé par les nombreux défis et les contraintes de toutes sortes, comportant pour tous les pays du monde, une exigence de plus en plus forte des populations pour la satisfaction des besoins de base. Cela exige de tous les gouvernements la recherche et la mise en œuvre de stratégies, politiques et programmes d’intervention appropriés».

Pour lui, l’offre de protection sociale et de solidarité s’est constamment améliorée au Mali depuis ces dernières années avec des produits phares et hautement symboliques comme l’institution du mois de solidarité nationale, l’existence d’une banque de solidarité, le développement et l’extension d’un dense réseau d’institutions de micro-finance, l’extension des centres de soins de proximité la politique de gratuité de certaines prestations de santé au bénéfice des femmes et des enfants et le programme de logements sociaux.

Alou B HAIDARA

13 Mai 2009