Partager

Les forces de sécurité ont organisé dans la nuit du 23 au 24 novembre une patrouille mixte de grande envergure dans les 6 communes du district et environs. L’opération a conduit à l’interpellation de plusieurs personnes et véhicule suspects.jpg_une-1189.jpg

Environ 500 agents des forces de sécurité (garde nationale, police nationale et gendarmerie nationale) ont sillonné la nuit de vendredi à samedi les 6 communes du district de Bamako et environs.
Les éléments de patrouilles ont été repartis entre les 6 communes réparties en 4 secteurs : secteur 1 (Communes I et II) sous la responsabilité du commissaire Isaac Théra, secteur 2 (Communes III et IV) sous le commandement du commissaire Cheick Kéita, secteur 3 (Commune V) dirigé par le commissaire Bakary Sogoba et secteur 4 (Commune VI) sous la direction du commissaire Sirima Tangara.

Les patrouilles ont pris le départ aux environs de 23 h au Groupement mobile de sécurité (GMS) sous le commandement du directeur régional adjoint de la police du district, le contrôleur général Hamadi Soumountéra. C’était en présence du représentant du ministre de la Sécurité intérieure et de la Protection civile, Sounkalo Togola, et du directeur régional de la police du district, Lassana Sanogo.
Avant d’envoyer les hommes sur le terrain, le directeur régional adjoint a précisé les missions de la patrouille. Il s’agit, selon lui, d’arrêter toute personne suspecte, la conduire au besoin au commissariat, de fouiller les véhicules suspects et procéder à l’interpellation du propriétaire au besoin. Sur les grandes artères, dans les rues, les agents ont contrôlé et fouillé systématiquement plusieurs dizaines de personnes et de véhicules.

En Commune I et II, le commissaire Isaac Théra et ses hommes ont interpellé 13 personnes (10 hommes et 3 femmes). En Commune I, aux environs de 2 h du matin, deux jeunes à bord d’un véhicule ont tenté de fuir à la vue d’une équipe de patrouille. Dans cette course-poursuite, leur véhicule a percuté un kiosque. Le véhicule et le kiosque ont été endommagés. Le véhicule a été conduit à la fourrière.
En Commune V, 14 personnes (10 hommes et 4 femmes) ont été interpellées. Plusieurs noctambules ont apprécié cette sortie des forces de sécurité qui permettra de sécuriser davantage les citoyens et leurs biens. Mais, d’aucuns ont fait remarquer que les patrouilles ne doivent pas se limiter aux grandes artères. Elles doivent également s’intéresser aux zones « douteuses ».

Depuis quelque temps, les forces de sécurité organisent ponctuellement des patrouilles de grande envergure pour enrayer l’insécurité à Bamako et ses environs.

Sidiki Doumbia

Les Echos du 26 Novembre 2012