Partager


Du 13 au 14 mai 2008, le Centre International de Conférences de Bamako a abrité l’atelier national de validation des termes de référence de l’inventaire général de notre patrimoine culturel. L’objectif de cet atelier était l’approbation d’un inventaire des patrimoines tangibles et intangibles pour la préservation et la promotion de la valeur et l’identité culturelle malienne dans toutes ses composantes.

La cérémonie d’ouverture de cet événement était présidée par notre ministre de la Culture, M. Mohamed El Moctar.

C’était en personne du ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Son Excellence Moctar Ouane, du ministre de l’Artisanat et du Tourisme, M.

N’Diaye Bah, de celui de l’Education de Base, de l’Alphabétisation et des Langues Nationales Mme Sidibé Aminata Diallo, du président de l’Académie des Langues Africaines M. Adama Samassékou, ancien ministre de l’Education et l’ancien Premier ministre Modibo Keïta.

On notait aussi la présence de plusieurs représentants des services et directions du développement de la culture et des sports au Mali.

Le mali , l’histoire des grands empires

Pour entrer dans le vif de son intervention, le ministre de la Culture a mis l’accent sur le contexte de la mondialisation qui menace de plus en plus l’identité culturelle de tous les pays.

Il nous est donc impératif de donner à notre patrimoine culturel un nouveau souffle. Telle est d’ailleurs une des ambitions du président de la République dans son Projet de Développement Economique et Social (PDES) pour ce deuxième quinquennat.

En effet, l’histoire du Mali est fondamentalement marquée par la succession des terroirs nationales des trois grands empires, notamment du Ghana, du Songhoï et du Mali. Ils entrent dans le VIIIème et XVIème siècles couvrant de vastes contrées de l’Afrique Occidentale avec des renommées au-delà du Sahara et de la Méditerranée.

Ceux-ci sont riches grâce à l’oeuvre d’une parfaite organisation étatique. Ces trois empires également ont legué à la postérité un patrimoine culturel extrêmement riche et varié comprenant des biens meubles et immeubles de valeur universelle exceptionnelle.

Parce que c’est une impression appréciable en terme de patrimoine oral et immatériel, témoignage d’une mémoire collective, d’un patrimoine culturel qui marque l’image de notre passé et du présent à travers les cites, monuments et paysages culturels du Mali.

Les témoignages culturels de notre pays

Par ailleurs, selon le ministre, le vestige du passé de notre pays se constitue aujourd’hui les cites historiques telles que Djenné, Tombouctou, Hamdallaye et Gao en plus des importants patrimoines culturels immatériels.

Ils sont composés en l’occurrence de légendes, d’épopées, de mythes, et de la charte Kouroukanfouga et enfin des manuscrits anciens témoignant le rayonnement culturel et intellectuel de notre pays.

Cette riche et diversité du patrimoine culturel est un facteur incontournable de la prospérité économique et du développement culturel du Mali.

Toute chose qui contribue sans nul doute à l’essor économique, car par le passé, des caravanes des chameaux apportées de la Méditérrannée au Soudan outre de celles des marchandises de luxe des techniques et surtout la culture islamique qui aujourd’hui attirent de nombreux touristes.

Sans nul doute, la bonne concertation de l’ensemble de ces éléments réflétant la diversités des expressions qui sillonnent notre pays mettra définitivement les communautés à l’abri de la perte identitaire. Il offrira les opportunités par la mise en oeuvre des activités porteuses de revenus à travers celles de la promotion du tourisme, a déclaré le ministre.

L’importance de l’inventaire du patrimoine culturel

Mohamed El Moctar a fait savoir que l’inventaire général du patrimoine culturel du Mali est le point de départ d’un vaste programme d’identification et de mise en valeur de l’héritage culturel national.

Le ministre a, à cet effet, exprimé toute sa satisfaction pour avoir présidé la cérémonie de validation de cet inventaire devant l’ensemble des acteurs et décideurs du secteur culturel pour réfléchir sur les stratégies d’identification de notre valeur culturelle.

Il a ensuite rappelé que depuis l’accession de notre pays à l’indépendance, les autorités du Mali ont opté pour le principe suivant un dénominateur commun à toutes les politiques culturelles. Il s’agit de l’édification d’un site national authentique et réflétant les valeurs de la société malienne dans sa diversité ethnique ouverte au monde.

Selon Mohamed El Moctar, il importe en cette période de mondialisation de procéder à l’inventaire du patrimoine culturel afin qu’il soit mieux connu et mieux protéger par des mesures appropriées. Ainsi, concernant les sites et le patrimoine culturel immatériel, il s’agit d’adopter une approche participative avec les communautés pour accroître la fréquentation touristique à destination Mali.

L’objectif de l’atelier

Avant de terminer son intervention, le ministre a par ailleurs évoqué l’objectif attendu au sortir de cet atelier. Une rencontre au cours de laquelle les participants auront à se pencher sur les outils fondamentaux servant à recueillir et conserver les informations relatives aux différentes catégories de patrimoine culturel notamment les aspects physiques,

les conservations et les transmissions en tant que pratiques culturelles de notre système de valeur au total une démarche scientifique et un plaidoyer, a déclaré le ministre avant de souhaiter plein succès aux travaux de validation nationale de l’inventaire du patrimoine culturel au service du peuple malien.

Hady BARRY

15 Mai 2008