Partager

Si, à tort ou à raison, les hommes ont de tout temps été accusés de discrimination à l’encontre des femmes, ce qui vient de se passer ce 8 Août 2008 prouve que l’inverse est aussi vrai et mérite d’être relaté.

En effet, depuis deux mois, les employéssont victimes de discrimination salariale de la part du promoteur de la patisserie “Al Barika” sise à Sogoniko, près de la gare routière de la SOMATRA. Et lesdites victimes sont… uniquement des hommes !

Que s’y passe-t-il ?

La création de la pâtisserie Al Barika de Sogoniko avait été favorablement accueillie par la population de la Commune VI. Et pour cause : elle avait supplanté l’autre pâtisserie dite Amandine. Pendant plus d’une année, tout allait très bien entre l’ensemble des employés et le promoteur, jusqu’à ce 8 Août 2008.

De nos informations, il ressort que depuis deux mois, pendant que les employées (filles et femmes) ont régulièrement touché leurs salaires, les employés hommes n’ont pas vu la couleur de leurs paies. Mieux ou pire (c’est selon), les employes de sexe féminin ont toutes été dotées… de motos Jakaarta. Pourtant, employés hommes et filles font tous le même boulot, avec les mêmes horaires de travail.

Aussi, face à cette discrimination, les hommes ont tenu une réunion extraordinaire le 8 Août 2008 pour réclamer leurs arrièrés de salaires, même s’ils ne sont pas dôtés de motos. Ainsi, une grève de 72 heures avait été décrétée.

Immédiatement informé, le promoteur de la pâtisserie s’est précipité sur les lieux de la réunion. Alors, les deux parties ont engagé des discussions d’où il ressort que les arriérés de salaires des deux mois seront payés d’ici la fin de la semaine dernière. Le mot d’ordre de grève sera alors levé pour donner une chance au promoteur afin qu’il puisse respecter ses engagements, selon le porte-parole des hommes employés impayés.

C’est une mauvaise volonté du promoteur de nous payer. Depuis l’ouverture de cette pâtisserie, tout marche à merveille. Les recettes sont excédentaires. La preuve : il ne fait que réaliser dans d’autres domaines. Chaque mois, il ne fait que changer de voiture, lui et sa famille, et surtout, il vient encore d’offrir, comme cadeau, des motos à toutes les filles employées. Il est donc inadmissible qu’il n’arrive pas à nous payer nos salaires”, a déclaré un employé.

Selon certaines indiscrétions, le promoteur entretient d’ailleurs des relations très intimes avec presque toutes les filles employées. Ce qui pourrait expliquer les motos offerts gratuitement aux dites filles. En attendant le paiement de leurs deux mois d’arriérés de salaires, les hommes grévistes ont décidé de reprendre le travail.

La désolidarisation des filles vis-à- vis des hommes, est aussi déplorable qu’elle prouve que ces deux catégories d‘employés travaillant dans un même lieu ne sont pas en symbiose : les motos offerts aux filles par le promoteur ne sont certainement pas étrangères à cet état de fait. Si cette discrimination s’avère fondée, il est fort à parier que sous peu de temps, la pâtisserie Al Barika risque d’aller à la dérive. Ce qui serait dommage et pour les employés, et pour le promoteur.

Du reste, c’est aussi à cause de la mauvaise gestion, faite d’irrégularités et autres injustices infligées aux travailleurs, qu’on assiste de plus en plus à la privatisation de nos différentes structures.


Sadou BOCOUM

11 Aout 2008