Partager

L’URD frustrée

A la surprise générale de plusieurs responsables du bureau politique national BPN de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) et à la stupéfaction de ses militants, la conférence des présidents de l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP) a désigné en début de la semaine dernière M. Dioncounda Traoré de l’ADEMA comme président de la plate-forme ADP au détriment de M. Younoussi Touré de l’URD qui est pourtant le plus âgé d’entre eux et qui a d’ailleurs été désigné président et porte parole de l’alliance, compte tenu de son âge lors de la cérémonie de lancement de l’ADP le 08 décembre 2006 au Centre International des Conférences de Bamako.
Qu’est-ce qui a donc prévalu à la désignation de Dioncounda Traoré et qui a provoqué la frustration au sein de l’URD?

POURQUOI DIONCOUNDA ET NON YOUNOUSSI?

A la veille de la signature de la plate-forme ADP le 08 décembre dernier, les présidents des différentes formations politiques qui en sont les membres fondateurs se sont mis d’accord pour désigner provisoirement un président qui sera en même temps le porte-parole du groupe.

A l’unanimité et dans la pure tradition malienne, les quatorze présidents de partis ont porté leur choix sur M. Younoussi Touré, président de l’URD pour être le président de l’alliance. Ce choix fut justifié par le fait que Younoussi Touré est le doyen d’âge des présidents. Par la même occasion, Ousmane Ben Fana Traoré, président du Parti Citoyen pour le Renouveau (PCR), Benjamin des présidents des partis membres de l’ADP fut désigné pour la lecture officielle de la plate-forme. Immédiatement après la signature du document, le président de la République M.
Amadou Toumani Touré a reçu les initiateurs de l’ADP en sa résidente privée de la base aérienne. Là-bas, c’est Younoussi Touré, en tant que président de l’ADP qui a remis le document signé à ATT, certifiant leur soutien à lui pour un second mandat à la tête de l’Etat. A partir de cet instant, tout semblait indiquer que M. Touré Younoussi sera confirmé dans ce poste.

De la signature de la plate-forme ADP le 08 décembre 2006 à maintenant, beaucoup d’eau a coulé dans le fleuve Niger. Mais, dès le jour même de la signature de l’alliance, Dioncounda Traoré a manifesté son ambition d’être aux commandes de l’ADP. Dans la foulée, à la résidence du chef de l’Etat, il accorda des interviewes à certains journalistes présents sur place. De cette manière, le président de l’ADEMA a manifesté son ambition de devenir président, puisqu’il est dit quelque part que le porte-parole de l’alliance sera en même tant son président.
Mieux, depuis la signature de la plate-forme le 08 décembre, et bien avant cette date, le siège de l’Adema situé à Bamako-coura s’est revelé comme la plaque tournante des partis politiques. Toutes les rencontres préparatoires jusqu’à la signature du document final se sont déroulées au siège de l’Adéma. Depuis, toutes les réunions de l’ADP se tiennent dans la salle de conférences de l’ADEMA. Est-ce cela qui a donné beaucoup plus de force à l’Adéma qu’à l’URD?

L’ARD A BALISE LE TERRAIN POUR L’ADEMA

Dans le processus de soutien à la candidature du président ATT pour un second mandat à la tête de l’Etat, l’Alliance pour la République et la Démocratie (ARD) dont l’Adéma est la tête de proue fut le premier regroupement a demandé à ATT de briguer un second mandat. il fut rejoint dans ce combat par plusieurs autres regroupements. On a vu que ces derniers temps, l’ARD a été très active dans le combat sur le terrain pour un second mandat à ATT.

Constitué d’une demi douzaine de partis politiques au départ, l’ARD compte aujourd’hui douze formations politiques. Parmi celles-ci il y a la CDS, le PDJ, le RAMAT, l’UDD, l’Adéma. Mais, il est à signaler que l’objectif premier de l’ARD est la fusion de tous ses membres au sein d’un seul et unique parti politique. C’est peut être compte tenu de sa position moteur au sein de l’ARD que Dioncounda de l’Adéma fut désigné président et porte-parole de l’ADP.

Puisque le vin est tiré, il faut le boire. Si l’objectif de l’ADP reste la réélection du président ATT, les partis membres de l’alliance doivent dépasser les clivages et se mettre au travail. Daba Balla KEITA.

— –


Fin des travaux du 4eme congres ordinaire du CNID : le parti réaffirme son soutien à ATT

Les travaux du 4ème congrès ordinaire du CNID-Faso Yiriwa Ton qui ont pris fin avant-hier dimanche ont permis aux partis de prendre d’importantes recommandations parmi lesquelles le soutien ferme au président ATT, une collaboration franche et sincère au sein de l’ADP, des efforts en vue d’avoir le maximum de députés et de conseillers communaux aux élections législatives et communales.

Le CNID-Faso Yiriwa Ton a organisé les 13 et 14 janvier 2006, son 4ème congrès ordinaire au Palais de la Culture. C’était sous la présidence des cadres du parti et des membres du bureau sortant. A l’issue de ces travaux, un nouveau bureau national de plus de 70 membres a été mis en place présidé par le président sortant Me Mountaga Tall. Les bureaux des mouvements sortants des jeunes et des femmes ont également été renouvelés.

LES POINTS L’ORDRE DU JOUR

Au cours de ces travaux, les participants ont planché sur des sujets aussi importants que la relecture des textes fondamentaux et du projet de société, les comptes du parti et son financement, la définition de l’idéologie et des alliances nationales et internationales et la mise en place d’une nouvelle direction.

Déjà, à la cérémonie d’ouverture, le président du parti a rappelé les 16 années de parcours de son parti, en passant par les manifestations de rue, l’opposition, le boycott des élections générales de 1997, le soutien à ATT en 2002 et la participation à la gestion des affaires publiques.

Au cours de ce quatrième congrès, le parti a décidé unanimement de soutenir la candidature du président de la République Amadou Toumani Touré. Les militants, après des débats houleux sur le sujet, ont décidé d’adhérer à l’acte posé par le Comité Excécutif. Le parti est initiateur et signataire de la plate-forme de l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP). Regroupement de 14 formations politiques, cette alliance sera le fer de lance de la réélection du général ATT. C’est l’une des principales recommandations de ce congrès.

Aussi, le parti a décidé de mener une collaboration sincère et franche au sein de l’ADP. Il a invité la base à travailler pour avoir le maximum de députés aux élections législatives afin de bien se positionner pour l’an 2007. Il en est de même pour les élections communales (avoir plus de 600 conseillers).

L’OBJECTIF DE LA COUVERTURE DE L’ENSEMBLE DU TERRITOIRE

Enfin, le congrès a demandé à la direction et à la base de travailler à l’implantation réelle du parti pour couvrir l’ensemble du territoire national.
Le parti à remercié tous les militants et sympathisants qui ont pris part aux travaux, notamment les 55 sections que compte le parti, toutes représentées.

A l’issue du congrès, un nouveau bureau a été mis en place, Me Tall a été reconduit sous les applaudissements des militants. Le bureau compte 5 vices-présidents, dans l’ordre, il s’git de: Fanta Mantchini Diarra, Akori Ag Ignane, Mme Diop Binta Diallo, Me Ibrahim Berthé, Ibrahim Vieux N’Diaye. Le poste de secrétaire général n’a pas changé de titulaire, il est détenu par N’Diaye Bah.

Quant à Me Demba Traoré, il a fait son entrée dans le bureau national et est le chargé à la communication, tandis que M. Niakaté occupe le poste de principal organisateur.

Le bureau des jeunes est conduit par Moussa Oumar Diawara. Il est secondé respectivement par Courdo Barry, Moussa Bagayoko et Moctar Cissoko.
Quant au bureau des femmes, c’est Mme Tall Aoua Touré qui en est la présidente.

Le tout nouveau président du parti après avoir adressé ses remerciements à tous et les a invités à redoubler d’ardeur afin que 2007 soit encore une victoire du CNID. Mamadi TOUNKARA

16 janv 07