Partager

Avec des militants désemparés, des menaces de démission au niveau de certaines sections…, les responsables du Parti Citoyen pour le Renouveau (PCR) ne savent pas aujourd’hui par où donner de la tête. Le temps, pourrait-t-on dire, a peut être en raison sur le parti créé par Ousmane Ben Fana Traoré et ses amis qui voulaient marquer leur rupture avec Djibril Tangara au sein du Mouvement Citoyen.

En effet, depuis la désignation d’un nouveau premier ministre et la formation d’un gouvernement, des informations font état de la situation “pourrie” qui règnerait en ce moment entre ceux que l’on considère toujours comme des amis du Président de la république.

Une situation de mécontement donc, d’autant plus que le nouveau gouvernement a été mis en place sans une participation de ce parti. Selon nos sources, les responsables du PCR se plaindraient de ne pas avoir été approchés ni par ATT, ni par son PM, lors des consultations et pourparlers ayant précédé la formation dudit.

Au PCR, les responsables se disent indignés, d’autant plus que ni ATT, ni Modibo Sidibé, n’ont daigné appeler le parti pour un échange autour de la formation du ce nouveau gouvernement.

Pourtant, Ousmane Ben Fana Traoré et son parti sont signataires de la plate-forme ADP Mais certains membres de l’alliance qui croyaient avoir plus de poids et d’influence auprès du Président ATT, et par conséquent, pensaient être en droit d’être mieux lotis, ont du empêcher la représentation du PCR.

Le président du PCR, informe- t-on, était de ceux qui avaient une telle idée en tête. Ce faisant, il ne ratait aucune occasion de rassurer ses camarades par rapport à cette représentation dans le gouvernement. Aussi a-t-il été grandement surpris de constater que ni lui, ni un autre cadre du PCR n’a été appelé pour faire partir de l’équipe de Modibo Sidibé.

A la colère des responsables du parti s’ajoute le sentiment amer de militants qui n’ont plus d’espoir sur un éventuel soutien que le parti peut leur apporter, dans le futur. C’est pourquoi certains pensent aujourd’hui à une nouvelle destination plus prometteuse.

Ainsi, on voit que ce parti, que des jeunes ont contribué à créer, court un grand danger, car il risque de s’écrouler.Ses initiateurs avaient pourtant osé s’engager dans la lutte en défiant le président du CENA du Mouvement Citoyen Djibril Tangara, malgré son statut de ministre à l’époque.

Et à la création du PCR, tout le monde le créditait de grandes chances en le prédestinant à un bel avenir. Hélas, il n’a fallu que deux années pour que Ousmane Ben Fana Traoré et ses camarades -comme Modibo Doumbia et Modibo Soumaré- soient confrontés à des dificultés sans parvenir à les surmonter.

Cela est d’autant plus vrai qu’une querelle de leadership règne au sein du PCR, même si les responsables ont tout de temps voulu le cacher. La situation est telle que de nos jours, des militants seraient retournés voir Djibril Tangara pour lui faire part de leur désir de revenir dans le parti qu’il a créé, après la mutation du Mouvement citoyen.

On se rappelle en effet que le Mouvement a été transformé par Djibril et ses campagnons fidèles en parti dénommé Force Citoyenne pour la Démocratie(FDC): une Force qui se présente aussi comme… mort-née.

Laya DIARRA

22 octobre 2007.