Partager

Le 21 juillet 2007, le centre Djoliba a servi de cadre à une conférence-débat organisée par le Réseau National d’Appui à la Promotion de l’Economie Sociale et Solidaire (RENAPESS), en partenariat avec le centre Canadien d’Etude et de Coopération Internationale (CECI), sur le thème “la roue du développement”. Cette conférence a enregistré la présence des membres du réseau, dont Mme ETHEL COTE, présidente de l’économie solidaire de l’ONTARIO et coprésidente du comité politique du Réseau canadien de développement économique et communautaire.

Le président du RENAPESS, M. Madani Koumaré, a exprimé sa satisfaction pour la tenue de cette conférence sur un nouveau concept qui sera bientôt instauré au Mali : la roue du développement. Selon M. Koumaré, le réseau a, pour mission essentielle, de lutter contre la pauvreté et l’exclusion au Mali, de promouvoir l’économie sociale et solidaire, à travers une large diffusion de l’information et de formation et de contribuer à l’amélioration des modes et moyens d’existence des acteurs de la vie économique et sociale des réseaux communaux, locaux, et régionaux du Mali.

Selon la conférencière, Ethel Côté, “la roue du développement est un outil de navigation, mais aussi une boussole pour se retrouver et entreprendre ensemble, et un guide pour soutenir le développement d’entreprises sociales”. A l’en croire, la Roue du développement fait recours à la prise en charge collective, au processus de décision démocratique, à la primauté de la personne sur le capital et la production de biens et de services, et à la finalité sociale.

Mme Ethel Côté a noté qu’aujourd’hui, l’économie sociale est un mouvement social entrepreneurial, qui inclue les coopératives, associations, groupements… Pour la circonstance, la conférencière a déclaré que les entreprises sociales ne sont pas un nouveau concept en soi, et que leur développement passe par des étapes.

Selon elle, la première nécessite un niveau d’implication de tout le personnel de l’entreprise sociale. La seconde permettra de créer une base très solide pour faire recours au développement, à travers l’élaboration de plans de développement organisationnel est stratégique.

Troisième cible: les opportunités pour la mise en oeuvre du plan d’un développement. Enfin, la quatrième étape a trait à la mobilisation des ressources, ainsi qu’à des réseaux internes et externes en appui à l’entreprise.

La tenue de cette conférence-débat a été l’occasion d’éclaircir certains aspects liés au développement, et de procéder à la remise de diplômes à 32 participants qui ont suivi une formation sur le thème.

Mariétou KONATE

25 juillet 2007.