Partager

Cette cession constitue une expérience prometteuse en zone Office du Niger, aux potentialités agro-industrielles avérées dans le contexte de la vitalité renaissante de notre activité industrielle.

Rendre possible l’accès des entreprises industrielles de la région de Ségou à des tarifs compétitifs d’électricité, plus bas que ceux qui sont actuellement pratiqués, mais aussi de mettre fin au gâchis du surplus d’énergie produite par la société N-SUKALA, tel est l’objectif principal de la signature du contrat d’achat de surplus d’énergie électrique entre la société NSUKALA et la société Energie du Mali EDM. Le mardi 18 juillet dernier l’hôtel Radisson Blu les directeurs généraux des sociétés EDM de Dramane Coulibaly et de NSUKALA de Chen Zhi Jiang ont apposé leurs signatures en bas des documents qui marquent officiellement le début du partenariat du contrat de vente d’énergie entre ses deux sociétés. C’était sous le regard approbateur de Malick Alhousseini, ministre de l’Energie et de l’Eau, et de son collègue du Développement Industriel, Mohamed Aly Ag Ibrahim. La cérémonie a enregistré également la présence de plusieurs personnalités du secteur de l’énergie et de l’industrie.

Cette action s’inscrit dans le cadre du Programme d’urgences sociales d’accès à l’énergie et à l’eau pour la période 2017-2020, consistant à relever le taux d’accès à l’énergie par un vaste programme de réalisation de centrales solaires et de centrales hybrides en partenariat public privé, une orientation donnée par le Président de la République.

Dans son intervention, le ministre de l’Energie et de l’Eau, a fait savoir que le présent contrat de cession d’énergie de NSUKALA à la Société EDM entre en droite ligne des objectifs de ce programme. Selon lui, elle amorce l’émergence d’énergie non fossile dans le mix énergétique d’EDM, moins couteux et moins polluant mais constitue une expérience prometteuse en zone Office du Niger, aux potentialités agro-industrielles avérées dans le contexte de la vitalité renaissante de notre activité industrielle.

A sa suite son collègue du Développement industriel a expliqué que la société NSUKALA dispose d’une centrale électronique à bagasse d’une puissance de 20 mégawatts dont seulement 14 en moyenne sont utilisés pour ses activités industrielles et domestiques. Plus de 05 mégawatts sont donc malheureusement perdus chaque année, dans un pays où le déficit énergétique est chronique, a signalé le ministre Mohamed Aly Ag Ibrahim.
Il a vivement salué l’heureuse initiative de la signature de ce contrat de vente d’énergie dont l’objectif principal, selon lui, est non seulement de mettre fin à ce gâchis en mettant ce surplus d’énergie à la disposition du consommateur malien mais aussi de contribuer à accroitre la rentabilité des importants investissements réalisés par la société et de rendre possible l’accès des entreprises industrielles de la région de Ségou à des tarifs compétitifs d’électricité, plus bas que ceux qui sont actuellement pratiqués.

Profitant de l’occasion, le ministre Ag Ibrahim, a informé que son département envisagera très prochainement le lancement des travaux d’aménagement et de viabilisation de la zone industrielle de Ségou. Toutes ces actions qui visent à prendre pertinemment en charge des urgents sociales pressantes s’inscrivent en droite ligne dans le cadre de l’opérationnalisation de l’axe 3 de la Déclaration de Politique Générale du Premier ministre a rappelé le ministre du Développement industriel.
Signalons que la signature de ce contrat est l’aboutissement d’un prodigieux processus de préparation entre les services techniques des départements de tutelle, la Commission de régulation de l’électricité et de l’eau, et la société N-SUKALA, à travers plusieurs séances de travail, de négociation et de missions de terrain.

Avec la signature de ce contrat de vente d’énergie, la production annuelle qui sera évacuée sur le réseau d’EDM est estimée à 32 millions de kWh.

AMTouré

Du 20 Juillet 2017