Partager


La maison de partenariat de Bamako sert de cadre à un vaste programme de formation au logiciel de gestion du budget des 6 communes du district et des différentes communes de la région de Mopti. Ce séminaire de formation, qui se déroulera du 02 au 12 juillet 2007, va s’inscrire dans le cadre de la modernisation et de la consolidation de nos états civils et de la comptabilité dans le contexte de la décentralisation.

L’ouverture de cette cérémonie était présidée par le secrétaire général du Ministère de l’Administration et des Collectivités Territoriales, M. Mamadou Seydou Traoré assisté du secrétaire général de l’Association Internationale des Maires francophones (AIMF), M. Jean-Marie Renaud, de Yéhiya Issa Maïga, maire du District par intérim, de la représentante du Maire de Bordeaux et des séminaristes venus des 6 communes du District et de la région de Mopti.

M. Yéhiya Issa Maïga, dans son discours d’ouverture, a demandé aux participants, au nom de tous les conseillers du District, de bien vouloir observer une minute de silence en la mémoire de leur frère et maire du District, M. Moussa Badoulaye Traoré, décédé le 6 juin dernier. M. Maïga a ensuite salué l’appui constant que l’Association Internationale des Maires Francophones apporte aux communes du Mali dans le cadre du renforcement de la capacité des agents maliens en matière d’état civil et de gestion financière.

Selon le secrétaire général de l’AIMF, moderniser et consolider l’état civil, dans le contexte de la décentralisation, constitue, sans conteste, un des aspects de la consolidation de l’Etat de droit dans lequel le Mali est engagé depuis quinze ans. En outre, ce programme de rénovation de l’état civil doit avoir une influence considérable sur le fonctionnement de la démocratie au Mali, grâce à un meilleur accès à la citoyenneté, une croissance des populations plus fiable et des documents administratifs plus performants.

Le secrétaire général de l’AIMF souligne que le programme global qui concerne les 8 régions de notre pays a été, à part entière, financé par la France et l’AIMF respectivement à hauteur de 2,1 millions et de 1,2 millions d’euros.

L’AIMF, depuis 2001, a modernisé les services d’état civil des villes de Bamako, Mopti, Sikasso, Kayes et Gao, avec un financement global de 400 000 Euros.

La modernisation de ce système décentralisé de gestion de faits d’état civil s’articule autour de la mise en place d’équipements informatiques et du logiciel de gestion de l’état civil au niveau des 49 cercles et communes, chefs-lieux de centre et du district de Bamako, du renforcement des structures chargées de centraliser et d’exploiter les faits d’état civil, de l’information de la sensibilisation des populations et de la société civile…

M. le secrétaire général de l’AIMF a souligné que le fait de doter les communes chefs lieux de centre d’un équipement informatique et d’un logiciel de gestion budgétaire permet une amélioration de la gestion des affaires administratives et financières des communes bénéficiaires.

M. Jean-Marie Renaud a affirmé que l’objet de cette rencontre vise un double objectif : former les agents de l’état civil du district pour les centres qui viennent d’être équipés, et former le personnel des finances pour les 8 communes chefs lieux de centre de la région de Mopti et les 6 communes du district.

Le Secrétaire général, M. Mamadou Seydou Traoré, représentant du Ministre, souligne qu’en marge de l’état civil, les services financiers des différentes communes de Bamako et de Mopti bénéficient de l’appui des l’AIMF dans le cadre de la modernisation des services comptables et financiers. Il déclare qu’après la ville de Bamako, la Région de Mopti a reçu un appui de l’AIMF, qui consiste à former les agents de l’état civil et à installer un système d’état civil moderne dans chaque cercle.

La présente session porte sur deux aspects : procéder à un renouvellement des ordinateurs des centres d’état civil et rallonger la liste de nouveaux centres à équiper en ordinateurs et accessoires d’une part, dispenser la formation sur la maîtrise de l’outil informatique et du logiciel d’état civil par les agents désignés pour l’utilisation des équipements informatiques des communes du district de Bamako, d’autre part.

Le représentant du Ministre a demandé aux maires des 6 communes de Bamako ainsi qu’à ceux de Mopti, Bandiagara, Koro, Douentza, Ténenkou et Youwarou de saisir cette opportunité afin de renforcer la capacité de gestion de leurs services. Il a ensuite invité les participants à être assidus pendant ces 10 jours, afin de retourner à leurs postes, mieux outillés, pour faire face à un défi dont ils mesurent sans doute la portée.

Hady BARRY

03 juillet 2007.