Partager

Bamako et la ville française de Lyon entretiennent un partenariat fécond dans divers domaines. A l’instar d’autres communes de la Cité des Trois Caïmans, la Commune VI profite aussi des retombées de cette bonne collaboration.

A la tête d’une importante délégation, composée du 5e adjoint au maire, Ténémakan Koné, du médecin chef de Centre de santé de la Commune VI et du chef du Projet paludisme de la mairie du district, le maire de la Commune VI, Souleymane Dagnon, a effectué du 21 au 25 avril 2008 une visite à Lyon.

Bénéfique aura été la visite, car la délégation malienne est revenue avec des acquis concrets dans ses bagages. C’est un maire tout heureux qui avait le sourire sur les lèvres en détaillant la visite hier dans les locaux de la mairie aux journalistes. L’impression qui se dégage est que le secteur de la santé en sort grandi avec des dons qui combleront bien des déficits non seulement au niveau de la Commune mais aussi du district.

La ville de Lyon qui a participé à la construction du Centre de santé Mère-Enfant de la Commune VI, a offert des équipements et des médicaments au futur centre, qui se chiffrent à 254 millions de nos francs.

« Un monitori phoetal, un pèse-bébé, une toise pour bébé en aluminium, un ballon avec enduit de réanimation pour nouveau-né nous ont été offerts. Le gros du matériel constitué de lits d’hôpitaux médicalisés, tables de réanimation pour nouveaux né, des couveuses… a été promis pour fin juin », a expliqué Ténémakan Koné.

Le maire Dagnon s’est félicité du fait que le centre de santé mère enfant dont la finition est prévue pour juillet prochain « sera fonctionnel le jour au jour. Nous pourrons servir tout le Mali avec ces matériels, surtout que certains parmi eux n’existent pas encore au Mali. Nos populations pourront aussi se soigner à moindre coût ».

Quant à la familiarisation des agents sanitaires avec ces équipements, il a été indiqué que des formations sont régulièrement organisées. Tout, cela, a insisté, M. Dagnon intervient dans le cadre de la lutte contre la pauvreté parce que, ne dit-on pas qu’une population malade est condamnée à rester dans la misère.

La délégation a aussi rencontré d’importantes personnalités dont le maire adjoint de la ville et des responsables du département de la coopération décentralisée. Elle a visité l’hôtel de ville de Lyon, deux centres de tri et animé une conférence à la Faculté de médecine de Lyon dans le cadre de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme.


Ogopémo Ouologuem

(stagiaire)

13 Mai 2008