Partager

Les députes, Assarid Ag Imbarcawane et Assaïta Cissé dite Chato ont décidé de mener la contre offensive contre le Mouvement national pour la libération de l’Azawad dans sa campagne de désinformation et d’intoxication de la communauté internationale contre notre pays. C’est ainsi qu’ils ont croisé le fer la semaine dernière avec les représentants de ce mouvement dans le Parlement européen à Bruxelles. A un moment où les ennemis du peuple malien battent le pavé à Bamako pour d’autres fins.

Après le départ de Sarkozy de l’Elysée et la réticence des médias français à ouvrir ses antennes et ses colonnes à des gens qui se sont spécialisés dan la délation, les responsables de la branche politique du le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) recherchent désespérément un parrain.
Dans cette errance en Europe qui a sacrifié des nationalités après la Seconde Guerre mondiale dans le but de stabiliser l’ancien continent, ils ont trouvé un écho favorable chez des députés belges. Et sur invitation de ces derniers, ils ont crû bon d’aller défendre leur plan diabolique de division du Mali.

Mais c’était sans compter sur le courage et le patriotisme du député de Gao, Assarid Ag Imbarcawane et de Assaïta Cissé dite Chato, député de Bourem. Devant les députés européens, ils ont cloué le bec aux représentants du mouvement qui croyaient que les discutions n’allaient tourner à leur faveur. Les arguments développés par nos illustres élus ont plus convaincu les parlementaires européens que les propos des représentants des bandits armées qui se sont plutôt lancés dans des accusations, des insultes et des calomnies.

Il est temps que les Maliens arrêtent les querelles inutiles pour se donner la main afin de faire face à l’essentiel : la reconquête des 2/3 de notre territoire, occupé par des bandits armés qui font souffrir les populations des zones occupées.

L’action patriotique de ces deux élus doit être saluée et encouragée. Ils ont fait ce que tous les Maliens doivent faire. Malheureusement, les autres ont un autre programme que celui de la libération des régions du Nord. Ils préfèrent montrer leurs muscles à Bamako que d’aller porter la contradiction à des ennemis de notre peuple.

Par cette action patriotique, Assarid et Chato méritent leur mandat d’élu du peuple. N’en déplaise aux autres.

Yoro SOW

L’Inter de Bamako du 28 Mai 2012