Partager

Le torchon brûlerait-il entre Patrice Carteron et la Fémafoot ? Pour eux l’entraîneur français est sous contrat jusqu’au 14 août 2014 et doit l’honorer alors que Carteron demande à quitter le Mali.

Le président de la Fédération malienne de football (Fémafoot), Hammadoun Kolado Cissé, n’en démord pas. Pour lui, il est hors de question de voir Patrice Carteron signer sous d’autres cieux malgré le souhait formulé par l’actuel sélectionneur national de quitter le Mali. La Fédération reste ferme sur sa position. « Il a un contrat qui prendra fin en août 2014. Donc ce n’est pas possible de demander de partir au Tout Puissant Mazembé« .

jpg_carteron-2.jpgLa Fédération qui a formulé clairement ses objectifs à Carteron au moment de le recruter, devrait être en mesure de le convaincre à renoncer à son départ. « Pour nous, il est toujours le sélectionneur national. Et le contrat qui nous lie court jusqu’en août 2014« , rappelle le président Hammadoun Kolado Cissé dans les colonnes de JA.

Les discussions se poursuivent. L’information avait fait le tour du milieu sportif dimanche 19 mai 2013 et la rumeur le disait futur entraîneur du club de Lubumbashi. Pour en savoir, nous avons joint les joueurs maliens dans la capitale du Katanga. « Dimanche peu avant le coup d’envoi du match de la Coupe Caf, Patrice Carteron a été présenté au public comme le nouvel entraîneur du Tout-Puissant Mazembé (TPM). Ce mardi 21 mai 2013 il devrait diriger sa première séance avec l’équipe avant de s’envoler en France et ensuite au Mali…«

A les en croire, l’actuel sélectionneur national, a assisté dimanche à la rencontre de la Coupe de la Confédération Orange entre le Tout Puissant Mazembé et la Liga Muculmana du Mozambique (4-0). Selon le club congolais, Patrice Carteron « semble être le candidat numéro un à la succession de Lamine Ndiaye comme coach principal« . Carteron pourrait donc quitter ses fonctions à la tête des Aigles. Ce qui paraît également improbable selon certains observateurs qui estiment que le Mali a valorisé l’ancien entraîneur de Dijon.

Il reste à Carteron à s’entendre avec les dirigeants du football malien pour rompre son contrat. Des discussions seraient en cours actuellement d’après le président du Tout Puissant Mazembé, Moïse Katumbi Chapwé. Une information confirmée par une source fédérale, mais qui a dit ceci : « S’il le fait, il y aura un problème juridique« .

Un précontrat avec le TPM ?

Carteron a signé en juin 2012 pour deux ans avec deux objectifs : qualifier le pays 3e de la Can-2012 pour la Can-2013 en Afrique du Sud et hisser les Aigle pour la première fois en Coupe du monde en 2014. La question qui taraude les esprits est de savoir les raisons qui poussent Patrice Carteron à manifester la veille des éliminatoires du Mondial-2014 son envie de rejoindre le TP Mazembé. Est-ce qu’il se heurtera à une fin de non-recevoir de la Fémafoot, qui préfère un silence radio sur le dossier ?

Selon notre source proche du TPM, Carteron, depuis le départ du staff technique du club suite à l’élimination en Ligue des champions, aurait pris langue avec les dirigeants congolais. Face à la nouvelle donne, tout porte à croire sincèrement que le technicien aurait un précontrat avec le Tout Puissant Mazembé au sein duquel quatre de nos mousquetaires évoluent depuis. Il s’agit de deux attaquants du Stade, Cheïbane Traoré et Ousmane Cissé, le défenseur de l’Asko, Boubacar Diarra, et le milieu de terrain du Djoliba, Alou Bagayoko.

D’ailleurs surpris que le président de la Fémafoot ait affirmé chez nos confrères de Jeune Afrique que la visite de Carteron à Lubumbashi s’inscrivait dans la supervision des joueurs maliens du TPM. Lesquels joueurs ne figurent pas sur la liste communiquée pour les deux matches du Mondial-2014.

Face à la situation, l’enjeu est crucial pour les Aigles. Un départ de Patrice Carteron serait le premier véritable faux pas de l’actuel bureau de la Fémafoot. Voir le sélectionneur national quitter le navire malien avant la fin de l’ultimatum fixé serait une sorte de camouflet pour la Fémafoot, obligée de donner d’ici les heures qui suivent une explication à l’épisode Carteron, notamment sur son contrat, qui fera date dans l’histoire de notre ballon roi.

Affaire à suivre

Boubacar Diakité Sarr

Les Échos du 21 Mai 2013