Partager

Près de 70 personnes ont été tuées pendant les fêtes de Pâques au Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique: 45 lors d’attaques d’islamistes présumés dans le nord et 22 dans l’effondrement accidentel d’une église. Ces violences sont intervenues après un attentat à la bombe qui a fait, selon un nouveau bilan officiel lundi, 36 morts et 20 blessés près d’une église de Kaduna (nord) dans la matinée du dimanche de Pâques. L’attentat n’a pas été revendiqué mais rappelle une attaque à la bombe contre une église du centre, le jour de Noël, qui avait fait 44 morts et été revendiquée par Boko Haram. Ce groupe multiplie depuis des mois les opérations meurtrières et les forces de l’ordre s’étaient préparées à d’éventuelles violences à l’approche des fêtes de Pâques. Le président nigérian Goodluck Jonathan, confronté à une insurrection de Boko Haram qui a fait plus de mille morts depuis 2009, avait exhorté samedi le pays à faire face aux défis du moment. Le Nigeria compte plus de 160 millions d’habitants, également répartis entre musulmans, majoritaires dans le nord, et chrétiens, plus nombreux dans le sud. AFP.