Partager

Le régime d’IBK a apporté une vie royale à Koulouba dans les habitudes alimentaires du personnel du Palais. A cause des horaires de travail intense le personnel n’a plus le temps de prendre le petit déjeuner à la maison, car il faut être présent au bureau à 7h.

Pour les mêmes raisons, le personnel n’a pas le temps d’aller déjeuner à la maison et revenir. Le Président peut appeler à chaque instant un tel ou un tel pour un dossier qui semble urgent. C’est pourquoi, un service de restauration a été mis en place à Koulouba. Tous les jours ouvrables que Dieu fait, il y a 260 baguettes de pain qui sont consommés à Koulouba au petit déjeuner et au déjeuner par le personnel administratif. Cela fait dans le mois 6500 miches de pain, 200 croissants, 200 pains au chocolat, 200 pain aux raisins pour environ un effectif de 150 personnes soit une moyenne d’une miche par personne et par jour. La livraison de ces baguettes de pain et croissants est faite par une boulangerie renommée située en commune V sur l’Avenue STEVE BIKO.

Pour le petit déjeuner le matin, les croissants, les pains au chocolat, les pains aux raisins et les brioches sont servis avec du café noir ou du lait, avec un verre de jus d’orage, de goyave ou de papaye.

Au déjeuner à midi, des plats raffinés riches en calories, mais pauvre en cholestérol sont servis. Chacun a droit à une entrée et un plat principal ou un plat principal associé à un dessert. Le coût d’un plat, fait 5000 F CFA en moyenne. Très souvent, le pot-au-feu, constitué de viande de bœuf que l’on a fait cuire longtemps avec divers légumes comme des carottes, des navets, du céleri, des oignons et des pommes de terre est servi. Ce plat a beaucoup de succès d’ailleurs. Souvent le mercredi après le Conseil des Ministres, des plats exotiques sont servis, notamment le couscous qui emporte tous les suffrages. Il est composé de légumes, de diverses viandes, le tout cuit dans un jus d’épice. Il est servi avec de la semoule de blé cuite à la vapeur. Avec tous ses repas copieux à Koulouba, les gens avertis se demandent, si vraiment à Koulouba, le personnel se souci de la reconstruction du Mali désintégré au centre, et au nord. En dépensant 600 000F CFA quotidiennement dans la restauration à Koulouba, on se retrouve à 18 millions F CFA par mois, on a l’impression que le travail le plus important à Koulouba, c’est la grande bouffe. Tous les travailleurs à Koulouba ont un visage luisant. Ceci explique-t-il cela ?

Que Dieu sauve le Mali.
Alassane TRAORE

Du 30 Septembre 2016