Partager

L’émission «Mali kura Taasira» recevait, samedi dernier, le ministre de la Réconciliation, de la Paix et de la Cohésion nationale, chargé de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation nationale, le colonel-major Ismaël Wagué. Il a évoqué les nombreuses actions réalisées ou en cours par son département avant d’annoncer les perspectives.

Le ministre Wagué a d’abord rappelé que l’histoire de notre pays est emailée de crises diverses et récurrentes. Lesquelles ont fait des victimes et semé les graines de la discorde entre les composantes de la nation.

Face à cette situation, il est du rôle des autorités de recréer les conditions du dialogue pour réduire la distance sociale entre nos concitoyens et permettre une dépollution du climat social. Parlant de l’état du pays à son arrivée aux affaires, le colonel-major Ismaël Wagué a souligné qu’il y avait une dégradation accrue de la cohésion sociale plus particulièrement dans ses parties Nord, Centre et Ouest.

Dans le Nord, dit-il, il y avait plusieurs conflits entre les tribus. Dans le Centre, le conflit intercommunautaire alimenté par la pression des groupes terroristes a entrainé des milliers de déplacés internes et des refugiés. Pour ce qui est de l’Ouest du pays, le ministre dira que la problématique de la stratification sociale a conduit à de grands différends intra et intercommunautaires. Selon lui, certains descendants d’anciens esclaves ayant revendiqué un autre statut se sont retrouvés en conflit avec une partie de la communauté conduisant à des affrontements violents souvent avec morts d’hommes et plusieurs déplacés.

Face à cette situation, le ministre Wagué dit avoir diligenté l’élaboration d’une stratégie nationale de réconciliation assortie d’un schéma directeur. Aussi, la Mission d’appui à la réconciliation nationale et ses équipes régionales ont-elles été redynamisées pour faciliter l’action du département auprès des populations. En plus, plusieurs dizaines de missions de bons offices ont été menées sur l’ensemble du territoire comprenant des actions de dialogue communautaire, des formations et autres actions de sensibilisation et de stabilisation. Et dans les Régions de Kayes et de Sikasso, le ministre Wagué a procédé à la mise en place des équipes régionales d’appui à la réconciliation ainsi que des comités communaux de réconciliation.

Dans le cadre de l’Accord, le ministre de la Réconciliation, de la Paix et de la Cohésion nationale, chargé de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale a souligné la création du cadre inter-Maliens pour faciliter le dialogue et la conduite du processus de paix, la relance de la conduite des sessions du Comité de suivi de l’Accord (CSA). Pour le ministre Wagué, toutes ces actions ont permis de réduire significativement les violences et les tueries en masse entre les communautés et de rouvrir le dialogue qui était rompu à plusieurs endroits.

Répondant à une question sur les groupes d’auto-défense, le colonel-major Ismaël Wagué dira que leur action consiste à soustraire progressivement les populations de cette dynamique d’auto-sécurisation pour les conduire vers une dynamique de coproduction de la securité à travers les mécanismes légaux. D’après lui, le désarmement est un passage obligé mais cela se fait à travers des processus. à ce niveau, il souligne le DDR qui rentre dans le cadre du processus de paix et la stratégie nationale de lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre conduite par le ministère de la Securité. 

En dehors des groupes d’auto-défense, le ministre Wagué dira que nombre d’organisations de la société civile opèrent sur le terrain et organisent des dialogues communautaires, des ateliers, des sensibilisations et mènent divers projets en faveur de la paix. D’après lui, cette multiplicité d’acteurs et d’initiatives est un atout mais pose un problème de coordination. D’où la décision de mettre en place un cadre de coordination aux niveaux régional et national pour harmoniser les interventions du département en matière de paix et de réconciliation. Concernant les accords locaux de paix, le ministre de la Réconciliation, de la Paix et de la Cohésion nationale, chargé de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale a assuré qu’il soutient tous ceux qui ramènent la paix pour les populations sans porter préjudice à l’état, à la laïcité et à l’unité nationale.

Toutefois, il précisera que les accords qui portent préjudice aux fondements de l’état et de la démocratie ne sauraient être cautionnés par le gouvernement. Comme perspectives en matière de cohésion sociale, le colonel-major Ismaël Wagué a annoncé, entre autres,  une rencontre de niveau décisionnel qui devra permettre la relance du processus DDR, la création de l’Agence nationale de la réparation dont le dossier est dans le circuit d’approbation, l’adoption d’un pacte de stabilité sociale dont les travaux sont en préparation, la semaine nationale de la réconciliation dont la première édition se tiendra en septembre prochain, l’élaboration de la stratégie spécifique de stabilisation de l’aire culturelle soninké.

Source: L’Essor