Partager

Des motos DT 175 japonais et une Yamaha 100 accompagnées d’importants lots de pièces de rechange, des fumoirs métalliques, des décortiqueuses à riz, des bascules de 500 et 200 kg, de balances de 50 et 20 kg. Tels sont les équipements octroyés par le Projet d’appui au développement de la pêche continentale dans le delta central du Niger (PADEPêCHE) aux associations féminines, aux pêcheurs des régions de Mopti et Tombouctou et aux agents d’encadrement.

La remise a été faite par le ministre de l’Elevage et de la pêche, Mme Diallo Madeleine Ba, au siège du PADEPêCHE, à Mopti Digue, en présence du Conseiller aux affaires économiques du gouverneur, Flakè Sanogo, du Directeur national de la pêche, Hery Coulibaly, des élus et responsables de services de la région. Et, bien évidemment, du Coordinateur de PADEPêCHE, Koreïssi Balla Konaré et ses collaborateurs et des populations bénéficiaires. Ces équipements viennent s’ajouter aux matériels de travail remis aux pêcheurs en avril 2007. Le tout pour un montant de 199.152. 500 F CFA.

Le Projet d’appui au développement de la pêche continentale dans le delta central du Niger (PADEPECHE) financé à hauteur d’un peu plus de 13 milliards de F CFA par la Banque africaine du développement (BAD) à travers le Fonds africain de développement (FAD) et le gouvernement du Mali avec un apport des bénéficiaires, a été lancé, le 24 avril 2004 par le président de la République, Amadou Toumani Touré. D’une durée de six ans, le projet, qui couvre les régions de Mopti et Tombouctou, a commencé ses activités en juin 2006.

Le PADEPECHE s’inscrit en droite ligne du Cadre stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté (CSCRP) et de la mise en œuvre du Schéma directeur de développement de la pêche et de l’aquaculture.

La pêche constitue l’un des maillons essentiels de notre économie, avec une production annuelle de 100 000 tonnes dont 85 000 dans le Delta centrale du Niger. Si le nombre de pêcheurs est estimé à 260 000, plus d’un million de personnes vivent des retombées de la filière. Celle-ci demeure confrontée à certaines contraintes : insuffisance des infrastructures d’accueil, faible valorisation de la production halieutique, précarité sur le plan social et économique et enclavement des zones de production.

Le PADEPECHE, avec ses trois composantes – aménagement des infrastructures, développement de la production et gestion du projet – doit faire face à ces contraintes en contribuant au renforcement de la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté, à travers l’amélioration des conditions de production halieutique pour la satisfaction des besoins alimentaires et le relèvement du niveau de vie des pêcheurs.

Les activités principales devant aboutir à l’atteinte de ces objectifs portent sur la construction des débarcadères et installations connexes à Mopti et Konna, la construction de centres de traitement et de conditionnement du poisson à Akka, Diafarabé et Niafunké, la mise en place d’un fonds de développement local en appui aux initiatives communautaires, l’aménagement de 10 000 ha de mares, le reboisement de 5 000 ha de berges, l’alphabétisation de 12 000 auditeurs, la mise en place de groupements d’acteurs de la filière et la formation de 55 comités de gestion.

Cette cérémonie de remise constituait alors un pas de plus du projet dans le cadre de l’amélioration des conditions de travail des bénéficiaires et des agents d’encadrement. Les pêcheurs des deux régions ont reçu du matériel de travail composé de filets nylon, de filets manofilaments, des paquets de hameçons, 6 bascules 500 kg, 6 bascules 200 kg, 30 balances 50 et 20 balances 20 kg.

Les associations féminines ont reçu 20 fumoirs métalliques, 12 décortiqueuses à riz et le personnel d’encadrement 27 motos DT 175 de marque japonaise et d’importants lots de pièces de rechange. En somme, c’est à peu près 200 millions de FCFA d’équipements qui ont été mis à la disposition des acteurs de la filière du Delta central du Niger, plus précisément des cercles de Ténénkou, Djenné, Mopti, Youwarou, Niafunké, Diré, Goundam, Tombouctou et Rharouss…

A la suite du chef du village Kissima Touré, le Coordonnateur de PADEPECHE, Koreïssi Balla Konaré, a souhaité la bienvenue à Mme la ministre de l’Elevage et de la pêche et la délégation qui l’accompagnait. Il l’a ensuite félicitée pour la diligence avec laquelle elle a traité le dossier relatif à ces équipements et au projet initié par le président ATT pour le bien-être des pêcheurs des zones couvertes.

Le secteur de la pêche, a rappelé le ministre, constitue l’un des maillons essentiels de notre économie de par la quantité de production, les revenus engendrés et le nombre d’emplois créés. Mme la ministre, qui ne doute point que le projet permettra d’atteindre ces objectifs, espère que les matériels remis faciliteront davantage la mise en œuvre des activités de pêche. « Quand les actes sont posés, la parole devient légère » s’est exprimé le député de Mopti, Témoré Tioulenta, avant de réaffirmer le soutien de tous les élus aux actions visant à trouver des solutions à la précarité des populations.

Avant la remise proprement dite, Mme Diallo et sa suite ont visité les bureaux et installations du projet, l’unité de production de glace, Nima-glace SARL et le site d’extension du du port de pêche.

Envoyé spécial à Mopti : Youssouf CAMARA

21 Février 2008.