Partager


La semaine dernière, la cérémonie de lancement du Projet d’appui aux communautés rurales (PACR) a eu lieu sous la présidence de Djibril Tangara, ministre du Développement social, de la Solidarité et des Personnes âgées.

A Tombouctou, Mopti, Sikasso, Ségou, le ministre du Développement social, de la Solidarité et des Personnes âgées a salué le démarrage des activités du PACR.

D’un budget de 33 milliards de Fcfa, le PACR est une opération de développement local, initiée par le gouvernement et la Banque mondiale. Ainsi, avec ce nouveau projet, les pouvoirs publics viennent de renforcer les moyens de développement à la base dans les régions de Tombouctou, Mopti, Ségou et Sikasso.

Améliorer l’accès aux services sociaux de base et finance des sous projets socio collectifs à maîtrise d’ouvrage communal, en clair des écoles, des centres de santé, des centres d’éducation pour le développement, des centres d’alphabétisation, des sources d’eau potable, représentent les principaux objectifs visés par le PACR.

Activités du PACR s’articuleront autour du renforcement des capacités de gouvernance et de développement local, de la composante investissements d’initiatives communales, de l’investissement d’initiatives productives des communautés locales et la composante coordination et gestion du projet, ainsi que le suivi évaluation.

La philosophie d’intervention du PACR repose sur le principe de la participation, de la recherche d’une véritable auto promotion des bénéficiaires, de l’impulsion d’une dynamique partenariale entre les différents acteurs du développement local, du renforcement des capacités des communautés et des institutions.

Ainsi, la combinaison de ces différentes choses, aboutira à un véritable changement de comportement, qui va pérenniser les différentes actions, consolider les acquis des projets dans leurs zones d’intervention et capitaliser leurs expériences.

Ce projet améliorera les conditions de vie des populations en contribuant à la bonne la gouvernance dans sa zone d’intervention. Il facilitera l’accès aux équipements socio collectifs et augmentera les revenus par le financement, sous forme de dons, de microprojets directement productifs.

Souhait a été émis par le ministre Tangara que les autorités administratives, élus, société civile et bénéficiaires participent au projet de manière effective.

En réponse, responsables politiques et administratifs des quatre régions ont assuré de leur disponibilité et de leur détermination à oeuvrer à atteindre les objectifs assignés au PACR.


Le PACR

D’une durée de six ans, le PACR sera exécuté dans 54 communes rurales du pays, reparties entre les quatre régions. Le projet couvre 1000 villages et fractions regroupant une population de près de 800.000 habitants.

Sur la base de critères de continuité, de consolidation de projets de développement local, les régions et communes d’intervention ont été sélectionnées.

125 agents de développement ont déjà été recrutés par les organisations de développement communautaire et formés par le bureau central de gestion, puis dotés d’outils d’animation et affectés aux communes, villages ou fractions bénéficiaires.
Ils accompagneront les futurs bénéficiaires dans le processus d’exécution du projet.

26 septembre 2006.