Partager

La 10è session du comité de pilotage du Projet d’appui à la compétitivité agro-industrielle au Mali (Pacam) s’est tenue hier dans un hôtel de la place. Placé sous la tutelle du ministère du Développement rural et appuyé par la Banque mondiale, le Pacam fournit un appui à la stratégie du gouvernement avec une enveloppe de 19,5 milliards de Fcfa.

Les acteurs examinent et analysent les résultats obtenus au titre de l’exercice 2022

Au cours de cette rencontre, les acteurs ont examiné et analysé les résultats obtenus au titre de l’exercice 2022 et établi un pré-bilan des 5 années du Projet. Faut-il le rappeler, la clôture du Pacam, initialement annoncée pour le 31 juillet 2022, a été prorogée jusqu’au 31 janvier 2023 par la Banque mondiale.

Le chemin parcouru permet d’apprécier la pertinence du Projet. Ainsi, dans son discours d’ouverture, la coordinatrice du Pacam a évoqué les résultats engrangés, en mettant l’accent sur la réalisation d’infrastructures socio-économiques. Pendant longtemps, ces infrastructures impacteront le cadre de vie des communautés bénéficiaires.

Ces dernières avaient d’ailleurs attesté, la semaine dernière, l’utilité des actions réalisées par le Pacam. C’était à la faveur d’une cérémonie de remise d’équipements de transformation et des matériels de production aux unités industrielles et aux coopératives de pépiniéristes de la filière mangue. «Pour cette phase ultime, nous allons nous atteler afin que les acteurs s’approprient les réalisations du Projet.


Nous continuons de veiller à ce que les aspects de durabilités et de changement climatique soient intégrés dans notre approche », a dit Fatouma Ba Haïdara, coordinatrice du Pacam.

Depuis sa mise en œuvre, ce Projet fournit un appui à la stratégie de développement des filières ciblées (mangue et alimentation animale) du gouvernement à travers 4 composantes : «augmenter la transformation et l’exportation de mangues», «améliorer l’accès aux zones de production de mangues», « promouvoir la production d’alimentation animale» et «renforcer les capacités institutionnelles et de mise en œuvre».


C’est dans cette dynamique que le Pacam a réhabilité 300 km de pistes rurales à Sikasso et Yanfolila et construit 3 centres de collecte dans chacune de ces deux localités. Enfin, il a mis en œuvre une plateforme d’embouche bovine moderne à Kayes.

«Dans l’ensemble, le bilan des 5 années est positif », a apprécié Daniel Siméon Kéléma, secrétaire général du ministère du Développement rural. Il a expliqué que le budget a été exécuté à hauteur de 65,29% au 31/10/2022, soit 1,977 milliard de Fcfa sur une prévision de 3 milliards de Fcfa.

«Le Projet enregistre un taux d’exécution cumulé de 81,5% sur le budget global alors que le taux d’exécution physique est de 95% », a fait remarquer Daniel Siméon Kéléma. «Il est nécessaire pour cette ultime phase que les membres du Comité de pilotage analysent minutieusement le Programme de travail et de budget (PTBA 2022) révisé dont le montant s’élève à 1,747 milliard de Fcfa pour appréciation et validation», a exhorté le secrétaire général du ministère du Développement rural.

L’impact positif des activités du Pacam peut s’illustrer, entre autres, par l’effet positif du traitement phytosanitaire effectué durant les campagnes agricoles de 2018 et de 2020.

Ce qui a contribué à faire chuter sensiblement les interceptions des mangues maliennes vers le marché européen et améliorer le bilan au titre desdites campagnes agricoles. Dans les prochaines semaines, le Projet va aussi réaliser 20 forages communautaires à Koulikoro, Sikasso et Yanfolila afin de répondre aux besoins cruciaux des populations en eau.

Oumar SANKARE

SOURCE : ESSOR