Partager

Hier aux environs de 9h, une foule de travailleurs de la société d’assainissement «Ozone-Mali» visiblement très en colère a envahi la Bourse du Travail. Motif : inviter les autorités à régler leurs salaires impayés, en déclenchant en même temps une grève illimitée.

Sueur au front, balais en main, hommes et femmes, vêtus de leurs uniformes de couleur rouge et vert fluorescent, étaient massés autour de leur leader, Abdramane Sanogo. «Nous travaillons depuis plusieurs mois sans salaire. Nous avons rencontré à plusieurs reprises notre hiérarchie, qui dit n’avoir plus de solution pour nous», s’étonne le secrétaire général du comité syndical Ozone-Mali, précisant que la société emploie 1.882 Maliens et six Marocains.

Ce sont 25 milliards de Fcfa que le gouvernement doit à l’entreprise marocaine, rapporte-t-il, citant des propos tenus par la direction d’Ozone-Mali. Face à cette situation, «nous avons déposé un préavis de grève de 48h, on nous a fait savoir que l’état n’a toujours pas payé, maintenant nous sommes dans un élan de grève illimitée», ajoute-t-il.

Parmi les agents, se trouveraient des jeunes universitaires sans emplois. Mohamed Touré, 35 ans, est un diplômé en économie devenu superviseur à Ozone-Mali. «L’état est un mauvais payeur, toutes nos machines sont à l’arrêt. Il y a un mois, nous avions décidé de reprendre le boulot, le directeur nous a fait savoir qu’on ne pourrait pas travailler plus de deux jours, car il n’y avait pas de carburant pour les camions», argumente-t-il.

Comme pour enfoncer le clou, une des protestataires croit savoir qu’Ozone-Mali tourne sur fonds propre depuis 5 ans. «Maintenant, ils sont essoufflés et nous payons le prix fort», déplore-t-elle.

Oumar SANKARÉ

Source : ESSOR