Partager

Le Premier ministre britannique David Cameron a ouvert jeudi à Londres la conférence internationale sur la Somalie, estimant qu’il y avait « une occasion sans précédent de changer » la situation dans ce pays de la Corne de l’Afrique défiguré par plus de deux décennies de guerre. « Aujourd’hui, nous avons une occasion sans précédent de changer » la situation, « il y a un réel élan », a-t-il lancé devant une cinquantaine de pays et d’institutions, dont l’ONU, l’Union européenne et la Ligue arabe. « Les problèmes en Somalie n’affectent pas seulement la Somalie. Ils nous affectent tous (…). Les pirates perturbent les routes commerciales vitales et kidnappent des touristes. Des jeunes esprits sont empoisonnés par le radicalisme, nourrissant le terrorisme qui menace la sécurité du monde entier », a-t-il souligné, devant notamment le président somalien Sharif Cheikh Ahmed et la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton. La communauté internationale a « ouvert un espace pour la liberté et la stabilité en Somalie », a souligné pour sa part le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon. AFP