Partager

En prélude à l’ouverture du Zoo national du Mali réhabilité aux visiteurs, le Trust Aga Khan pour la Culture (AKTC) a animé un point de presse, le jeudi 20 juin, à la Maison de la diversité du Parc National. Le conférencier, Ferid Nandjee, Représentant-résident du Trust, était assisté de la Directrice du Zoo, Mme Monia Panchèvre.

Entièrement rénové pour un coût de 12 milliards de FCFA par le Trust Aga Khan pour la Culture, agence culturelle du Réseau Aga Khan de Développement (AKDN), le Zoo national du Mali a ouvert ses portes dans l’après-midi du vendredi 21 juin 2013. Le Représentant-résident d’AKTC, Ferid Nandjee, et son équipe avaient rencontré les journalistes le 20 juin, pour une présentation globale de ce véritable joyau zoologique, de classe internationale, de notre capitale.

Le nouveau Zoo national du Mali, a déclaré Ferid Nandjee, a été entièrement rénové, après 24 mois de travaux de réhabilitation et d’extension, suite à un contrat de partenariat public-privé entre le Trust Aga Khan et les ministères de la Culture et de l’Environnement et de l’Assainissement du Mali.

Le nouveau Zoo, a fait remarquer le conférencier, accueille aujourd’hui plus de 100 espèces animales dont 17 espèces de mammifères, 21 espèces d’oiseaux, 13 espèces de reptiles et 58 espèces de poissons. Sur une superficie de 6 hectares, le Zoo offre maintenant aux animaux un cadre qui rappelle leur habitat naturel, tout en respectant les normes internationales: un espace dédié aux chimpanzés agrémenté d’arbres et de hamacs, une fosse boisée où coule une rivière artificielle pour accueillir les lions, un pré destiné aux biches, aux buffles ou aux autruches. On y trouve aussi des cheminements revêtus, une grande volière, un nouvel aquarium et un nouveau vivarium.

Selon Ferid Nandjee, non seulement le Zoo propose un espace de détente et de loisirs, mais il est aussi un outil indispensable à la connaissance, à la préservation et à la conservation des espèces animales. Il aura donc une mission de conservation mais aussi pédagogique et scientifique. Ainsi, beaucoup d’espèces africaines menacées à l’état sauvage y seront gérées au mieux, pour conserver leur patrimoine génétique et aider à la sauvegarde de leurs congénères.

Pour le Représentant résident, le zoo représente une ressource importante pour l’éducation des écoliers. Il impulse un changement positif de comportement à travers l’exposition de panneaux (fiches d’identité des animaux et des espèces), l’organisation de rendez vous entre soigneurs, animateurs et public, des visites guidées et des ateliers scolaires. Le visiteur pourra aussi y prendre part à des expositions, des projections de documentaires, des séances de contes et des lectures spécialisées.

Pour conclure, M. Nandjee dira: «avec cette réalisation, après celle du Parc botanique, inauguré en septembre 2010, dans le Parc National du Mali, le rend entièrement autonome financièrement, plutôt que d’être un fardeau pour le District de Bamako de Bamako. Cinquante emplois viennent ainsi d’être créés pour sa gestion et son ‘entretien, en plus d’une centaine pour le parc botanique».

Le Parc National du Mali fait partie d’un grand programme de régénération urbaine mise en oeuvre par le Trust Aga Khan pour la Culture sur plusieurs sites historiques et culturels, notamment Bamako, Mopti, Tombouctou et Djenné. Le point de presse fut immédiatement suivi d’une visite guidée du Zoo.

Pierre Fo’o Medjo

24 Juin 2013