Partager

Dans une interview mercredi à la Gazette du Mali, l’ancien ministre de l’Administration territoriale du président Alpha, Dr. Ousmane Sy, dénonce avec véhémence la clochardisation de l’homme politique, l’unanimisme actuel en lieu et place d’un vrai consensus et le recul de la démocratie.

Pour l’une des rares fois depuis sa sortie du gouvernement en 2002, Dr. Ousmane Sy a livré, dans une interview à la presse, ses critiques et impressions sur ce qu’on peut appeler la conjoncture politique actuelle. Une situation marquée surtout par le consensus d’ATT qu’Ousmane Sy juge en contradiction avec ses convictions et les principes fondamentaux de la démocratie.

Le coordonnateur du Centre d’études et de recherches sur les politiques publiques et les institutions pense que « le consensus contribue fortement à la décrédibilisation des partis politiques et de l’homme politique qui est vu sous le prisme de tout ce qui est négatif et nuisible » . D’où, ajoutera-t-il, toute l’importance du Manifeste pour la démocratie qui interpelle plus la classe politique qu’un quelconque pouvoir.

Selon lui, « ce que nous vivons actuellement est très loin du consensus. Dès que dans un pays, tout le monde est de facto d’accord avec un chef, cela conduit à des dérives dangereuses pour la démocratie. Ce que nous vivons est tout simplement de l’unanimisme différent du consensus » .

Le consensus, expliquera-t-il, est la résultante de discussions et de débats sur un projet de société et à l’issue desquels on décide ensemble d’aller sur l’essentiel. Or, au Mali, c’est depuis le départ que la majorité de la classe politique a décidé de soutenir un homme, de l’accompagner cependant que lui n’a rien demandé à qui que ce soit et qu’il ne se prive pas du reste à le rappeler à chaque opportunité.

Ce qui amène le lauréat du prix roi Baudouin en 2006, à s’interroger sur nos repères, nos grands choix et sur le multipartisme intégral. « Pourquoi, n’arrivons-nous pas à instaurer l’opposition malgré le statut spécifique qui lui a été réservé ? » , « Pourquoi avons-nous tant de mal à structurer un contre-pouvoir » ?

Autant de débats qu’il faudra mener selon Dr. Sy. La classe politique devra trouver les moyens de faire le diagnostic de 15 ans de pratique, valider les réponses justes et préconiser les correctifs requis.

Et aux yeux de Dr. Sy, le Front pour la démocratie et la République (FDR) paraît un cadre idéal pour repenser la démocratie et regrouper tous les citoyens qui pensent que le pays peut être géré autrement.

Sidiki Y. Dembélé

12 avril 2007.