Partager

Sur la question du déverrouillage constitutionnel du mandat du président de la République, l’honorable Ousmane Bâ, le député élu à Macina et 3è vice président de l’Assemblée nationale est sans détour : « Je suis absolument et farouchement contre le déverrouillage constitutionnel ».

Pour lui la commission d’experts dirigée par Daba Diawara ne se rabaissera jamais à la besogne d’un déverrouillage constitutionnel. ATT non plus ne prendra jamais le risque d’écorner son image et celle du Mali, en briguant un troisième mandat.

Le Républicain : Depuis quelque temps, le déverrouillage constitutionnel s’est invité dans le débat politique malien. Qu’est-ce que vous en pensez ?

Ousmane Bâ : Le Président Amadou Tou-mani Touré a mis en place une Commission chargée de la relecture des textes fondamentaux de l’Etat.

Cette Commission est dirigée par Daba Diawara qui est une personnalité très honnête, très loyale et une personnalité très intransigeante par rapport à elle-même et par rapport à l’intérêt du Mali.

Dans cette Commission, il est entouré de personnalités de premier plan.

Je suis un inconditionnel du Président Amadou Toumani Touré. C’est un homme pour qui j’ai beaucoup d’admiration, d’amitié et de fraternité pour une seule raison : le Président ATT a fait quelque chose pour le Mali par rapport à l’Afrique et le monde qui me paraît une chose très importante.

J’ai travaillé beaucoup dans le système des Nations Unies, à la FAO surtout dans les pays d’Afrique Centrale, de l’Océan Indien, un pays de l’Amérique Latine (Argentine) et je connais bien l’Amérique du Nord et les Antilles. A l’époque, quand je disais que je suis du Mali, j’étais obligé de me référer au Sénégal pour expliquer où se trouve le Mali.

Mais depuis la transition, depuis que l’alternance est devenue une habitude au Mali, quand on parle démocratie en Afrique, on cite essentiellement deux pays : le Mali et le Bénin où il y a alternance de façon normale. En plus de cela, tout ce qui peut écorner l’image du Président Amadou Toumani Touré, je suis absolument et farouchement contre car, je pense sincèrement qu’il a beaucoup apporté au Mali et à l’Afrique.

Le Mali est en effet le seul pays où il n’y a presque pas de coupures d’électricité. Le riz est moins cher que chez nos voisins alors que nous sommes un pays continental qui, grâce au Président ATT et son prédécesseur Alpha Oumar Konaré, est relié aux ports de tous les pays qui l’entourent par des routes goudronnées. C’est ce qui explique que le carburant est moins cher au Mali qu’ailleurs.

Et le déverrouillage constitutionnel ?

Je suis sûr, connaissant l’homme, que même si l’article 30 de la constitution du Mali relatif au mandat du Président de la République était déverrouillé, le Président Amadou Toumani Touré ne briguera jamais un 3è mandat.

Et par principe, je suis absolument contre tout acte qui écornerait son image et banaliserait mon pays. Je ne serais donc jamais d’accord de faire rentrer le Mali dans le groupe des pays qui auraient révisé leurs Constitutions pour faire maintenir leurs présidents au pouvoir.

Et pourtant des voix s’élèvent pour dire que la limitation du mandat est antidémocratique. Vous, en tant qu’homme politique, que pensez-vous de ce courant d’expression ?
D’abord, il y a une chose qu’il faut rectifier. Même si je suis député à l’Assemblée nationale du Mali, je ne suis pas un homme politique. Je suis venu pour faire du développement dans la circonscription électorale (Macina) qui m’a vu grandir.

En tout état de cause, mon principe est qu’il faut faire l’alternance politique. A mon avis, dix ans sont largement suffisants à tout homme pour imprimer sa marque et poser des actes de développement pour son pays. C’est ce que le Président Amadou Toumani Touré est en train de faire et c’est ce que son prédécesseur, le Président Alpha Oumar Konaré a fait.


Propos recueillis par

Birama Fall

16 Juin 2008