Partager

Le nouveau capitaine gouvernemental a toutes les qualités sauf une : il n’est pas politique. Une qualité pour certains certes, mais les politiques sont ainsi fait, des fauves qui n’aiment pas sentir une autre odeur.

Barou n’était pas un célibataire. Les mots ont leur sens et c’est pourquoi ils ont été inventés par l’homme. Barou était divorcé et il est à présent remarié. Ceci dit, son mariage gouvernemental avec le bourgeois national est à placer sous quel régime ? Est-ce une union « en attendant » ou alors une expérience nouvelle mise en route pour la durée ? Nous n’avons pas inventé la démocratie et le concept de « PM fusible » n’est pas notre création. Il nous vient de France, notre Mecque et Médine, et il signifie que le chef d’Etat se choisit un PM derrière lequel il se cache. Si les résultats sont bons, il sort de l’ombre pour revendiquer le succès. Mais si le peuple gronde, il vire le PM pour sauver sa mise. Alors, quel type de PM représente Oumar Tatam Ly pour Ibrahim Boubacar Keita ?

Les Maliens eux, se sont aussitôt fait une religion à propos de la nouvelle mouture attendue comme l’héritier du trône de la Grande Bretagne. Mais aussitôt connue, ils ont fait la moue : l’insatisfaction était totale et générale. Alors, les suppositions, érigées en certitudes sorties de l’évangile, sont allées bon train. L’on sait depuis belle lurette que tous les Maliens sont de grands visionnaires, de grands arbitres de foot et grands analystes politiques. Donc tout et son contraire a été dit.

Mais une chose reste certaine. Ibk peut-il valablement et durablement continuer avec un attelage gouvernemental qui n’inspire aucune confiance aux Maliens ? Barou a fait l’unanimité mais le reste…Moustaph Dicko a échoué deux fois au même poste. Fily Boiré n’a pas été la pire (c’est elle qui piloté l’arrivée d’Ikatel au monde avec bonheur) mais il faut laisser les grand-mères pouponner leurs petits rejeton. Qu’est qu’elle a prouvé Bengali Aissata dans le passé ? Quel est le secret du maintien du douanier ‘Empe’ qui jouit de cette réputation que tous connait ? Tereta n’a même pas la confidence de son propre parti politique. Et Zahabi Ould ? Cet qui a été le cerveau de l’Aguelhoc des années 90, les atrocités, crimes de guerre et crimes contre l’humanité de BAMBA ou les soldats ont été piégés et tués durant deux jour et une nuit. Le Lt.-col Seydou Moussa Diallo est un rescapé des tueries de BAMBA.

Bref, IBK devra surprendre son monde d’une façon spectaculaire et renversante pour que les Maliens puissent faire leur « djongoila » et clamer : « Sauf si IBK nous pardonne, car nous l’avions taxé de tout ». De la coupe à la lèvre, il y’a cependant une certaine distance. Et il sera difficile, voir impossible, de renverser les positions et regagner les esprits.

C’est vrai, IBK a composé ce gouvernement dans le brouillard. En effet, la visibilité fait défaut faute d’Assemblée nationale qui donne le tableau de l’équilibre des forces politiques. A qui la Faute ? A nos dirigeants qui pensent à eux-mêmes et non au bon fonctionnement des institutions. On n’a pas besoin de sortit de Sciences Po. Pour savoir qu’il faut d’abord élire les députés et ensuite le président de le République. Nos dirigeants préfèrent penser à eux-mêmes et cherchent d’abord à s’arroger le fauteuil de chef d’Etat. L’opportunisme et le larbinisme aidant, le président élu gagne les législatives. Il fallait d’abord renouveler l’AN et le président élu aurait toute la visibilité pour composer DURABLEMENT son gouvernement. Oumar Tatam Ly sera alors jeté aux oubliettes, comme un kleenex qui a déjà servi. Et ce, d’autant plus que les politiques vont le tolérer un moment mais pas longtemps. Nos politiques not trop les dents qui grattent pour laisser l’os à un intrus.

Ainsi, IBK est obligé d’attendre la carte de la nouvelle AN pour renouveler son gouvernement et recruter après de vrais ministres pour faire le vrai boulot. C’est ainsi que l’on augmente le nombre des anciens ministres ; qui est pléthore au Mali. Le problème est d’autant plus corsée que le compte à rebours a déjà commencé (le chrono est parti pour deux mois) pour les obligatoires « négociations » avec les Azawadistes. Avec quels députés irons-nous à ces jeux dont le résultat est déjà connu ?

Amadou Tall

Le Matin du 3 Octobre 2013