Partager

Vingt-quatre après son investiture, IBK a nommé Oumar Tatam Ly à la tête du gouvernement à constituer. Le nouveau Premier ministre, bien qu’inconnu du grand public, suscite l’espoir au sein de la population. Pour s’en rendre compte, votre journal a organisé un micro-trottoir. Suivez !

Ousmane Kornio, Consultant sur les questions électorales : «Le technocrate et le politique sont complémentaires»

Oumar Tatam Ly vient à point nommé dans la mesure où, je le crois, il est complémentaire avec IBK qui est politique et lui un technicien, un technocrate pur et dur. Ce que je craignais, c’est qu’Ibrahim Boubacar Keita, un politique, nomme un Premier ministre politique et qu’ils ne puissent pas, de ce fait, se compléter. Je crois bien que si M. Ly forme un bon gouvernement, lui ayant une vision beaucoup plus technocratique et technique de la gestion du pays, avec l’expérience politique d’IBK, ça pourra être un bon coup. S’agissant de mes attentes du nouveau gouvernement, je dois dire qu’en tant qu’expert, j’ai une vision plus large des choses parce que je connais les programmes électoraux de tous les candidats. Je sais quand même que le président, dans son programme, a abordé le développement du pays sous de grands angles. Ce qui a fait qu’il a été plébiscité. La libération du Nord a eu lieu, mais il faut reconnaître que la réconciliation des cœurs sur l’ensemble du territoire est un défi. S’il arrive à le faire, je crois que pour le reste, le Malien est suffisamment courageux pour travailler. On saura monter de bons programmes avec l’accompagnement de la communauté internationale.

Mme Diawara Aïssata Touré, Ingénieure informaticienne : «Nous souhaitons que 30% du gouvernement revienne aux femmes»

La nomination d’Oumar Tatam Ly me dit peu de choses parce que je ne le connais pas trop. J’attends de voir. C’est un homme qui a été discret. En tout cas, personnellement, je ne l’ai pas connu. Mais il faut reconnaître qu’il n’y a pas de fumée sans feu. Alors, si on l’a nommé, c’est qu’il doit être capable. A ce titre, on lui fait au moins bénéficier du doute, pour le voir à l’œuvre. En tout état de cause, nous attendons beaucoup du Premier ministre, en l’occurrence la participation des femmes dans les instances de décision. Que 30% du gouvernement revienne aux femmes, parce que ce sont elles qui connaissent beaucoup plus leurs préoccupations. Nous souhaitons vivement donc qu’il fasse attention à notre représentativité au niveau du gouvernement. Mieux, qu’il fasse le maximum pour l’amélioration des conditions de travail de nos sœurs en milieu rural, parce qu’elles constituent 80% des activités rurales.

Mme Bagayoko Aminata Traoré, Présidente d’une ONG féminine : «Nous lui faisons confiance et nous nous engageons à ses côtés»

Le nouveau Premier ministre n’est pas bien connu sur le plan national. Mais il n’en demeure pas moins que par rapport à son C.V., par rapport même à l’engagement du président de la République, nous pensons qu’il ne fera pas quelque chose qui pourrait nuire au peuple malien. De ce fait, nous lui faisons confiance et nous nous engageons à ses côtés pour qu’ensemble nous travaillons main dans la main pour l’atteinte des objectifs du programme du président élu.

La volonté des femmes, c’est une meilleure prise en compte du genre. Ce, par rapport d’abord à la nomination d’un nombre important de femmes, parce que depuis l’accès de notre pays à l’Indépendance, il n’y a jamais eu plus de sept femmes dans le gouvernement. Cette fois-ci, nous voudrions que le gouvernement soit composé à 30% de femmes. Nous voulons aussi qu’on puisse revoir la politique en matière de quota pour qu’on puisse avoir le maximum de femmes, toujours les 30%, aux législatives et aux communales. Cela nous permet de nous hisser et de contribuer effectivement de façon idoine au développement du pays.

Mme Sirandou Soumaré, Conseillère pédagogique : «Je suis sûre qu’il peut s’assumer avec le concours de tous»

Je crois qu’il incarne la place qu’on lui a donnée. A le voir, avec le concours de tous les Maliens, je suis sûre qu’il peut s’assumer

Nous souhaitons bon vent au nouveau Premier ministre et que les attentes des Maliens soient vraiment comblées. Nous volons surtout qu’il mette en application le slogan du président de la République, à savoir «le Mali d’abord». Nous estimons donc qu’il mettra un gouvernement en place pour donner aux Maliens ce qu’ils attendent de lui, notamment la restauration de l’autorité de l’Etat.

Mme Macalou Awa Dembélé, Ecrivaine : «C’est une lueur d’espoir pour moi…»

Je me réjouis de la nomination du nouveau Premier ministre pour avoir un peu connu l’homme. J’espère que le gouvernement qu’il aura à mettre en place sera un gouvernement fort, juste et qui dirigera le Mali, de Kayes à Kidal, dans la paix et la cohérence. J’attends du nouveau gouvernement l’insertion professionnelle des jeunes qui sont un peu restés à la traîne depuis quelques temps. Je souhaite aussi qu’il nomme beaucoup de femmes à des postes de responsabilité pour la restauration de cet immense pays qui avait failli un moment aller à la baisse, comme on peut le dire. Maintenant, c’est une lueur d’espoir pour moi de voir pointer ce gouvernement bientôt. Je félicite celui qui a la charge de le diriger ainsi que le président de la République pour l’avoir choisi pour ses compétences. J’ose espérer que le Mali ira loin.

Hamadi Maguiraga, Cadre à Orange Mali : «Ce choix traduit la volonté d’IBK de se démarquer des politiques»

Je trouve que la nomination de Oumar Tatam Ly à la tête du Gouvernement est stratégiquement correcte parce que, vu l’état actuel de la situation économique du pays, nous avons besoin de quelqu’un de son profil pour contrôler un peu les dépenses étatiques. Je trouve que le parcours de M. Ly est bon, nous pourrons compter sur les qualités techniques d’un bon technocrate.

Maintenant, la question est de savoir si c’est un bon choix politique. Je ne vais pas me baser sur l’exemple de Abdoul M’baye du Sénégal, nous avons un peu remarqué qu’aujourd’hui la pression politique peut être tellement forte que le PM peut craquer.

Je pense qu’il va falloir lui donner du temps pour gérer la situation selon les priorités.

Ce choix d’IBK traduit sa volonté de se démarquer des politiques et surtout une manière d’afficher sa détermination de relancer le secteur économique.

Moussa Mara, Président du parti Yéléma : «Il est connu par sa rigueur et sa discrétion»

Monsieur Oumar Tatam Ly a une très bonne réputation au sein de l’institution bancaire qu’il a servie depuis de nombreuses années. Aussi bien à la direction nationale de la Bceao au Mali qu’au siège à Dakar. Il est connu par sa rigueur, sa discrétion, son goût du travail et du résultat. J’ai eu l’occasion de le côtoyer au sein des conseils d’administration des banques. Ce que j’ai vu et apprécié conforte les impressions données ci dessus. Ses qualités reconnues par les autres sont des atouts importants dans le contexte d’aujourd’hui. Notre pays a besoin d’hommes compétents, rigoureux et qui considèrent les responsabilités comme des charges et devoirs pour la collectivité. Prions pour que sa mission soit couronnée de succès au bénéfice du pays et des Maliens qui ont tant souffert ces derniers temps.

Amadou Aya, Chargé de communication du maire de la commune IV : «Je demeure convaincu qu’il sera à la hauteur de la tâche»

La nomination d’Oumar Tatam Ly comme Premier ministre traduit la volonté affichée du président du changement et prôné dans son discours de campagne et lors de son investiture. J’ai personnellement connu l’homme, il y a de cela 20 ans à Dakar. Il vivait avec ses parents. Mr Ly est un homme discret, calme, un homme d’une compétence avérée. Je demeure convaincu qu’il sera à la hauteur de la tâche. Il dispose des qualités dont le pays a tant besoin pour relever les défis du moment. C’est aussi le lieu de lancer un appel à tous les Maliens de prier pour lui pour un Mali de paix et de stabilité retrouvée. Bon vent à Tatam Ly

Madani Tall, Président de l’ADM : «Oumar Tatam Ly, un choix heureux»

Au nom de l’ADM et en mon nom propre, je salue la nomination de Monsieur Oumar Tatam Ly en tant que nouveau Premier Ministre de la République du Mali. La nomination de cet homme au parcours devant servir de modèle à la jeunesse malienne, laisse augurer un Mali de bonne gouvernance et de performances au service du Pays. L’espoir est permis. Vive le Mali. Dieu veille.

Pape Bréhima Fall, tailleur : « Il ne doit pas décevoir les Maliens»

Je pense tout d’abord que le nouveau Premier ministre Oumar Tatam Ly doit être à l’écoute des Maliens. Ensuite, il doit prendre le bon exemple sur les autorités de la transition pour accomplir dans les bons délais les missions qui lui sont confiées. Il ne doit pas décevoir les Maliens, la population compte beaucoup sur lui.

Sika Diawara, restauratrice : «Il doit mettre l’accent sur la situation des femmes»

Il faut qu’il travaille dur. Il doit être près du président de la République et des autres responsables maliens, afin d’en finir avec la crise. Le Mali va très mal, il faut unir le peuple. Il faut qu’il travaille à amener les partenaires techniques et financiers à aider le Mali. Je veux aussi qu’il pense sérieusement à la condition des femmes et des enfants.

Adama Mary Traoré, CHU Gabriel Touré : «Il peut répondre aux attentes si on lui donne les moyens de sa mission»

Très heureux de constater que le Président IBK ait choisi ce jeune expérimenté.

Oumar Tatam Ly est un très bon choix. Il peut répondre aux attentes des Maliens si on lui donne le temps et les moyens de sa mission. Il est important pour lui de constituer une équipe jeune capable, engagée, dévouée et surtout responsable.

Il est important que l’ensemble de la jeunesse de tout bord politique, en un mot la jeunesse malienne, sache que le challenge est grand. Mais il faut qu’on croie en nous même et qu’on accepte le changement. Il s’agit pour le Président de la République et son nouveau Premier Ministre d’assurer la sécurité des Maliens, d’instaurer l’autorité de l‘Etat, d’améliorer le système éducatif, d’appliquer la loi hospitalière et la charte du malade sur toute l’étendue du territoire.

Hamidou Sampy, directeur Creacom Afrique «Je suis heureux qu’on ait choisi un jeune»

Je suis heureux qu’on ait choisi un jeune, et surtout un homme d’une certaine valeur comme monsieur Ly. La tâche est immense et les attentes pressentes, aidons-le à remplir sa mission, un PM, et même une équipe gouvernementale, ne peut tout faire, c’est chacun d’entre nous qui doit mouiller le maillot, on a même pas d’autres alternatives, le Mali doit redémarrer….

Oumou Berthé, Comédienne : « Il doit approcher les personnes ressources et doit être soutenu par tous les Maliens »

J’apprécie à double titre la nomination de M. Oumar Tatam LY. Primo, parce que c’est un technocrate qui a passé dans l’administration publique même si c’est une petite expérience seulement. Secundo, c’est un jeune. Il faut soutenir la jeune génération car c’est l’avenir de ce pays. Pour le reste, il doit approcher les personnes ressources et doit être soutenu par tous les Maliens. Je l’apprécie et je prie le bon Dieu qu’il soit à la hauteur des attentes du peuple malien.

Sidi Fofana : «En tant qu’économiste, il pourrait décaisser facilement les 3,250 milliards promis au Mali par la conférence des donateurs à Bruxelles»

Je suis satisfait, non seulement il fait partie de la jeune génération mais aussi, vu les postes qu’il a eu à occuper surtout au plan économique, c’est un atout pour le Mali. Par conséquent sa nomination ne peut qu’être salutaire. Car nous sommes dans un Etat où tout est à reconstruire. Pour ce faire, l’argent sera le nerf de la guerre. En tant qu’économiste, il pourrait décaisser facilement les 2,3 milliards promis au Mali par la conférence des donateurs à Bruxelles. L’autre aspect de réjouissance de cette nomination, c’est que le nouveau PM se suffit. Non seulement il est apolitique, il ne doit rien à qui que ce soit au plan politique, mais aussi, il ne se laissera pas entraîner dans de sales affaires à cause de l’argent. Toutefois, il aura besoin de l’accompagnement de tous les Maliens.

Djibril Diarra, contrôleur des finances : « S’il parvient à se faire entourer par une bonne équipe gouvernementale, sa mission pourrait être facile »

Je sais que c’est un banquier mais il n’a pas l’expertise nécessaire au niveau de l’administration de l’Etat et cela risque d’être un handicap pour lui. Cependant, s’il parvient à se faire entourer par une bonne équipe gouvernementale, sa mission pourra être facile. Dans le cas contraire, ce serait très difficile pour lui de répondre aux aspirations du peuple.

Adama Ly, enseignant à la retraite : «C’est un homme libre et indépendant, financièrement et politiquement»

Je suis très content du Choix de M. Ly parce que contrairement à beaucoup de Premiers Ministres que nous avons connus, c’est un homme libre et indépendant, financièrement et politiquement. En tant qu’apolitique, je pense qu’il n’y aura pas de petits calculs politiciens pouvant entraver la bonne marche du pays. Il y a beaucoup d’attentes. S’il arrive à mettre les hommes qu’il faut aux places qu’il faut, ils pourront relever les défis de l’heure. En tout cas, j’espère qu’avec le duo du président IBK et Ly, les choses pourront rentrer dans l’ordre. Je suis optimiste et j’apprécie le choix du Président IBK.

Koné Mohamed, économe au lycée Tiéba Traoré : «Nous le préférons aux anciens d’Alpha et d’ATT»

C’est un inconnu à l’administration malienne. On ne sait pas ce qu’il va faire. Mais nous le préférons aux anciens d’Alpha et d’ATT. Ceci étant, nous attendons du nouveau PM la formation d’une équipe gouvernementale dynamique pouvant sortir le pays de l’ornière. Un gouvernement qui s’attellera très vite à la lutte contre la corruption et à ne pas se laisser tomber dans le piège du népotisme.

Mohamed Sangaré, professeur d’enseignement secondaire : «En tant qu’apolitique, cet économiste pourra nous sortir du gouffre»

Les Maliens déçus par les politiques, on ne peut que se réjouir du choix d’un technocrate apolitique à la tête du gouvernement. Vu l’urgence financière au Mali, je suis persuadé que la nomination de cet économiste chevronné nous permettra de réaliser les grands chantiers nationaux.

Awa Diabaté, interprète-traducteur : «Son statut apolitique lui permettra de composer un gouvernement compétent»

Je suis content qu’il ne soit pas issu d’un parti politique. Ce qui est gage d’une certaine liberté pour lui à mettre en place un gouvernement qu’il estime faire l’affaire du Mali. A travers son palmarès, je crois qu’il pourra relever les défis qui s’imposent à notre pays. De toutes les façons, nous attendons beaucoup de choses de lui. Notamment, le redressement du système éducatif à travers l’amélioration du cadre d’apprentissage des élèves et étudiants ainsi que l’amélioration des conditions de vie des enseignants. La réduction du taux de chômage de nous les jeunes est un sujet qui nous tient à cœur. Sur ce, nous lui souhaitons plein succès dans les missions qui l’attendent.

La Rédaction

Le Prétoire du 9 Septembre 2013