Partager

Diré a vécu le samedi 20 Mars 2010, la 5ème conférence régionale des sections de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) de la région de Tombouctou. C’était en présence du 5è Vice-président du bureau exécutif national Cheickna Hamallah Bathily , des députés, conseillers nationaux et municipaux, membres du bureau exécutif national, du mouvement des femmes et des jeunes du parti, de représentants des partis et mouvements frères, et des délégués de Tombouctou, Niafunké, Goundam, Gourma-Rharouss et Diré.

Le ministre de la santé Oumar Ibrahima Touré, Président de la Conférence régionale et 2è Vice-président du bureau exécutif national, s’est vu longuement ovationné de par son discours et ses faits quotidiens au bénéfice du parti URD.

Cela a poussé le chef de la délégation du bureau exécutif national, Cheickna Hamallah Bathily, à dire que si tous les ministres et personnalités s’occupaient du parti comme le fait le ministre de la santé, l’URD serait aujourd’hui la première force politique du Mali.

Dans son intervention à la 5è conférence régionale de Tombouctou, le 2è Vice-président du bureau exécutif national de l’URD a tout d’abord salué son camarade et frère Soumaïla Cissé, président de la commission de l’UEMOA à ces assises : « Nous sommes très honorés par la grande disponibilité du camarade Soumaïla Cissé à l’égard de notre vision commune ».

Après avoir salué la mémoire des cadres du parti disparus depuis la dernière conférence régionale à Goundam, Oumar Ibrahim Touré a fait un clin d’œil aux militants grâce à qui, l’URD est, aujourd’hui, une véritable force montante dans la région de Tombouctou et partout au Mali.

Entrant dans le vif du sujet, le 2è vice-président du parti de la poignée de mains dira que c’est la conviction commune de faire la politique autrement, qui vaut à l’URD les succès qu’il a engrangés, la place qu’il occupe sur l’échiquier, le respect des autres partis politiques et la confiance des Maliens.

« Abandonnant nos occupations quotidiennes, nous faisons le porte à porte pour mobiliser en faveur de notre parti. Nous sillonnons les quartiers, les villages, les villes pour porter les messages du parti. Tels ces jeunes de tous les horizons qui, en plus de coller nos affiches et nos banderoles, votent en mettant dans l’urne leurs voix et leurs espérances, convaincus qu’un jour proche ou lointain l’URD sera la première force politique du Mali », poursuit l’orateur.

Qui croit en l’emblème du parti, aux messages véhiculés par la poignée de main qui symbolise la solidarité, la sincérité, l’engagement, l’entraide, la générosité, le don de soi et l’humilité : « En cela, nous devons rester humbles. Parce que l’URD, est notre maison commune. Et parce que l’URD appartient à chacune et à chacun d’entre vous, à chacune et à chacun d’entre nous.

Notre parti, est porteur d’idéaux et de valeurs communs. .. Avec la claire conscience que seule l’unité, nous permettra de consolider nos acquis et d’atteindre les objectifs que nous nous sommes librement et collectivement fixés. C’est vous dire qu’étant fortement unis, nous pouvons servir efficacement le Mali. Cependant, dans la division, nous ne servirons que nos propres ambitions ».

Avant de terminer, Oumar Ibrahim Touré a rappelé que le parcours de l’URD aux cotés du président de la République, Amadou Toumani Touré, de 2002 à nos jours, est un soutien sans ombrages à la politique définie par lui et pour laquelle il a été élu et réélu par le peuple malien.

Ce parcours se caractérise aussi, selon lui par la participation de taille du parti au gouvernement de la République du Mali, chargé d’apporter des réponses appropriées, aux quêtes légitimes des populations en termes de santé, de sécurité, d’emploi, d’écoles et j’en passe.

A cet effet, l’URD se doit d’agir et de soutenir fortement le gouvernement pour une meilleure santé des Maliens, une meilleure instruction des enfants, une meilleure gouvernance et une croissance économique plus forte grâce à une politique agricole et industrielle appropriée. Toutes choses qui feront du Mali un pays émergent, et qui compte dans le concert des Nations, a-t-il conclu.

Sékou Tamboura

25 Mars 2010.