Partager

«Les rumeurs sur une éventuelle démission que j’envisagerai sont sans fondement. Et comme d’ailleurs, beaucoup d’autres rumeurs distillées par-ci et par-là, ces derniers temps». Ces propos sont du 2è vice-président du bureau exécutif national de l’URD et non moins ministre de la santé.

Soupçonné de travail fractionnel et surtout de vouloir quitter l’URD, sa formation politique naturelle avec des militantes, militants et sympathisants parmi lesquels 9 députés à l’Assemblée nationale et des maires et élus municipaux, Oumar Ibrahim Touré a tenu à rassurer tout le peuple URD le week-end dernier à Mopti lors des cérémonies commémoratives du 7è anniversaire de son parti.

Devant tous les membres du bureau exécutif national de l’URD, les autres instances statutaires du parti, le fondateur du parti, Soumaïla Cissé et surtout les partis politiques présents à Mopti, le 2è vice-président du BEN, Oumar Ibrahim Touré fera savoir publiquement et solennellement : «je tiens donc, devant tous, à démentir ces rumeurs tendancieuses et à dénoncer les colporteurs de telles rumeurs qui ne cherchent qu’à nous diviser et à nous affaiblir. Je reste convaincu que ces manœuvres ne passeront pas, car les militants s’y opposeront farouchement».

Quant, à moi, tiendra-t-il à ajouter, «je suis et reste au service du parti et je vais toujours œuvrer pour un parti fort dont les membres se vouent respect et considération mutuels».

Et de réitérer enfin à tous son engagement ferme à œuvrer pour un parti toujours plus fort, toujours plus solidaire et respectueux de ses valeurs fondatrices. Ce message qui n’était point attendu dans le programme officiel des festivités commémoratives du 7è anniversaire de l’URD à Mopti (4 et 5 juin 2010) a eu le mérite de désamorcer la bombe qui menaçait l’unité et la cohésion du parti.

La section de Mopti dirigée par Moriba Samaké avait d’ailleurs donné le ton en soumettant à la direction du parti l’exclusion de cinq de ses membres, tous proches du 2è vice-président, Oumar Ibrahim Touré.

Quant aux autres partisans du 2è vice-président tapis dans les structures du parti, ils étaient tous en ordre de bataille pour en découdre avec ceux proches de Soumaïla Cissé. Tout ce beau monde est entré dans les rangs après la sortie d’Oumar Ibrahim Touré. C’est dire que la guerre des clans n’a pas eu lieu à Mopti. Et cela à l’honneur du peuple URD qui a fêté dans la ferveur et l’allégresse ses 7 ans d’existence.

Si officiellement on n’a enregistré aucune réaction dans le discours du président du parti, Younoussi Touré, encore moins du mentor du parti Soumaïla Cissé, ces derniers n’ont pas manqué d’insister sur les valeurs de l’URD. En effet, tout en rappelant aux militantes et militants que l’URD doit rester fidèle à ses engagements, le Professeurs Younoussi Touré leur demandera de «rester vigilants pour ne pas céder aux chants de sirène qui tenteront toujours de vous distraire».

Quant au fondateur de l’URD, Soumaïla Cissé, il fera simplement savoir qu’«un parti, un grand parti comme le nôtre doit compter avec les velléités de la division, de l’incompréhension et de la désinformation. La tâche n’est donc pas aisée surtout quand il s’agit de bousculer de vieux réflexes et de changer les mentalités».

Selon lui, 7 ans après sa création, ils n’ont pas encore fini d’écrire l’histoire de leur parti. «Nous devons mettre l’intérêt général en avant, nous devons continuer à rêver ensemble, très haut pour notre parti et pour notre pays. Ensemble, unis et soudés, nous devons encore une fois faire preuve de dépassement et de sacrifice», dira-t-il en guise de conseils.

Birama Fall

Le Républicain du 08 Juin 2010.