Partager

Mme Traoré Rokia Guikiné, ministre des Maliens de l’extérieur et de l’intégration africaine:

«Les chefs d’Etat n’ont pas demandé le départ du Premier ministre. Référez-vous au communiqué final».

Amadou Goïta, secrétaire politique du FDR : «Nous voulons un gouvernement d’union nationale sans le PM actuel»

Je voudrais tout d’abord dire, qu’en venant à Ouaga, on n’était pas venus pour une question de personne ou pour des intérêts partisans ou politiciens. On était venus pour le Mali, pour l’image du Mali et pour chercher une solution à la crise qui secoue aujourd’hui notre pays. Aujourd’hui, nous avons demandé l’implication de toutes les forces vives de la nation. Que tout le monde se donne la main. Cela passe par la mise en place d’un gouvernement d’union nationale. Nous souhaitons que cela se passe sans le Premier ministre actuel.

Iba N’Diaye, 1er Vice-président de l’ADEMA : «Nous ne sommes pas venus à Ouaga pour vendre le Mali»

Quand je serai à Bamako, je ferai savoir ma position en territoire malien. Je dis ici ce n’est pas le lieu, ce n’est pas le moment. Nous sommes venus ici répondre à une invitation que nous ne pouvions rater, il fallait être là. Je ne pouvais imaginer qu’on boycotte une telle réunion, par respect pour les chefs d’Etat qui sont venus. Objectivement, un tel nombre de chefs d’Etat, leur venue à Bamako poserait des problèmes en terme de sécurité, vu les évènements très récents.

Aujourd’hui, il faut être conséquents, nous ne sommes pas venus ici pour vendre le Mali ou pour un poste ou encore pour partager un gâteau. C’est un acte de courage pour tous ceux qui sont venus à Ouagadougou. Parce que nous savons l’atmosphère à Bamako. On a chauffé à blanc les jeunes, la rue, pour les amener à avoir des positions radicales. La vérité viendra, Incha Allah. On ne se payera pas le luxe de voir le Mali se couper de l’extérieur et de ses pays voisins. Ceux qui ont des stratégies pour avoir des postes et avantages, on finira par les connaître.

Mme Coulibaly Kadiatou Samaké, député URD : «Le Premier ministre doit partir »

Nous avons été très clairs, au niveau de notre parti et même au niveau du FDR : nous avons dit, le gouvernement, c’est d’abord la tête, donc le Premier ministre doit partir.

Fatoumata Siré Diakité, Présidente de l’APDF : «Le PM est incompétent»

Le Premier ministre doit partir, puisqu’il a montré son incompétence. Si l’on est arrivé à Ouaga II, c’est à cause de son incompétence et de son manque de volonté politique notoire de gérer les affaires du pays. Le nord, la sécurité au sud, les enlèvements, tout ceci constitue une violation des droits humains. Il n’a pas d’option pour le nord après trois mois, et, en plus, il n’a pas de feuille de route. Franchement, une transition n’est pas faite pour durer indéfiniment. Il doit donc partir pour que le Mali se mette sur ses deux pieds et avance.

Mme Traoré Nana Sissako, porte parole de l’Alliance des femmes pour un Mali nouveau : «C’est aux Maliens de décider si le PM doit partir ou pas»

Est-ce que forcément la composition d’un nouveau gouvernement veut dire que le Premier ministre doit partir? Moi, je pense que non, dans la mesure où tout ce qui a été demandé dans l’Accord cadre été appliqué, sauf l’article 6, qui demande un gouvernement d’union nationale. Et, effectivement, nous reconnaissons que le gouvernement n’est pas un gouvernement d’union nationale. Pour moi, on a besoin d’un gouvernement où toutes les forces vives se retrouvent pour faire face au problème du nord. Ce sont les Maliens qui décideront si le Premier ministre doit partir où pas. Ce n’est pas à une seule composante de décider à la place des autres. Si aujourd’hui, les Maliens se mettent d’accord pour dire qu’il reste, mais qu’il faut un gouvernement d’union nationale, pourquoi pas ? C’est la décision des Maliens qui prime.

Propos recueillis par Chahana Takiou

22 Septembre du 12 Juillet 2012