Partager

S’il y a une interrogation qui brûle toutes les lèvres aujourd’hui, c’est bien : comment feront nous si le gouvernement n’oriente pas encore cette année nos enfants admis au Diplôme d’Etudes Fondamentales (DEF) ? Toute chose qui suscite déjà des inquiétudes chez les parents d’élèves.

En effet, ce phénomène de non orientation des élèves du DEF semble traduire un manque de réelle politique de planification du gouvernement en violation du programme d’alphabétisation universelle initié par l’UNESCO: “Education pour tous” que le Mali a délibérément adopté et ratifié.


Un changement à opérer

S’ils étaient à peu près 14 000 élèves admis au DEF qui n’ont pas été orientés dans les écoles secondaires, la peur est déjà là chez pour beaucoup d’élèves. Ils se demandent quel sort leur sera réservé. En effet, cette année, les élèves inscrits au DEF étaient au nombre de 125 414 candidats dont 9 099 ont été admis. Le pourcentage s’élève à 73,14%.

Selon nos sources, le nombre des élèves non orientés pourra s’élever jusqu’à 16 000. Un chiffre qu’on pourrait expliquer par le fait que le résultat a été bon par rapport à l’année dernière.

Le Ministre interpellé

Sauf erreur d’expression, sinon, on peut dire sans risque de se tromper que le ministre des Enseignements Secondaire, Supérieur et de la Recherche Scientifique ne ménagera aucun effort pour que le maximum d’élèves puissent être orientés. En tout cas, depuis son arrivée à la tête de ce département les choses bougent de manière positive.

Espérons que le gouvernement fera tout pour orienter l’ensemble des candidats admis cette année. Rappelons que le Mali a signé toutes les conventions relatives à l’alphabétisation tout comme “l’Education Pour Tous » (EPT), le défi que le gouvernement doit relever si réellement l’éducation est une priorité du développement durable.

En n’ orientant pas certains élèves, comment les parents feront pour payer leur école?

Hady BARRY

11 Septembre 2008